Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Qu'ont les bilingues que les monolingues n'ont pas?

Un projet financé par l'UE vise à déterminer l'impact du bilinguisme tout au long de la vie sur le contrôle inhibiteur et le basculement mental. Un autre domaine d'étude consiste à déterminer si ces compétences cognitives peuvent donner des indices pour comprendre les différences individuelles en matière de résultats d'apprentissage des langues étrangères.
Qu'ont les bilingues que les monolingues n'ont pas?
Pour répondre à ces objectifs, le projet PREDICTING FLL («Bilingualism, foreign language learning and executive control») a entrepris deux études expérimentales à grande échelle comparant des personnes parlant uniquement l'anglais et trois groupes de personnes bilingues. Ces derniers regroupaient des bilingues hébreu-anglais, espagnol-anglais et mandarin-anglais. L'approche se base sur des recherches récentes indiquant que les personnes bilingues pourraient profiter d'un développement plus important des fonctions exécutives, qui sont un ensemble de mécanismes de contrôle généraux qui régulent l'activité cognitive. L'idée est que l'utilisation de ces mécanismes à portée générale facilite la gestion de la concurrence entre deux langues.

La première étude, comparant les personnes monolingues parlant anglais aux bilingues hébreu-anglais, a montré que ces derniers avaient plus de facilités pour inhiber des informations dans une tâche nécessitant un basculement dynamique entre divers ensembles de tâches. Dans la seconde étude, les personnes monolingues parlant anglais étaient comparées aux bilingues espagnol-anglais et mandarin-anglais.

Pris dans leur ensemble, les résultats des études conduites à ce jour indiquent que le bilinguisme tout au long de la vie a une influence positive sur les capacités cognitives générales telles que l'inhibition et la flexibilité cognitive. Cependant, l'impact n'est pas uniforme sur l'ensemble des groupes bilingues. Les chercheurs du projet pensent que cela peut être dû aux particularités de l'expérience bilingue de chaque individu.

Pour le second objectif du projet (mieux comprendre le rôle potentiel des fonctions exécutives dans l'apprentissage d'une langue étrangère), les membres de l'équipe de projet ont conduit une étude sur les étudiants de langue hébraïque. Tous les étudiants de ce groupe ont étudié l'anglais comme langue étrangère dans un contexte d'enseignement formel. Les données de l'étude sont encore en cours d'analyse et une deuxième étude se poursuit pour collecter des données sur des étudiants d'université arabophones qui ont acquis l'hébreu comme seconde langue.

Les résultats de la première partie de l'étude ont des implications en matière de politique linguistique et de planification, du niveau de l'individu jusqu'au niveau national. Ils fournissent également des informations sur la manière dont les expériences de vie peuvent façonner les fonctions cognitives. Les résultats de la seconde partie de l'étude devraient aider à développer les modèles actuels sur les fondations cognitives qui permettent un apprentissage réussi des langues étrangères. Ainsi, ces résultats pourraient fournir une base de refondation de la pédagogie de l'enseignement des langues étrangères.

Informations connexes