Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Lutter contre la fraude dans les technologies de communication

Les tentatives de fraude et d'escroquerie sont innombrables dans le secteur des communications. Une nouvelle solution financée par l'UE a été conçue pour lutter contre ces menaces high-tech.
Lutter contre la fraude dans les technologies de communication
Les pertes dues à la fraude dans les réseaux de télécommunications traditionnels s'élèvent à plusieurs milliards d'euros chaque année pour les opérateurs de télécoms, selon l'Association de contrôle des fraudes dans les télécommunications (CFCA). Le problème devrait encore prendre de l'ampleur avec la migration continue vers la technologie de VoIP (voix sur le protocole Internet), qui permet des communications audio sur les réseaux informatiques, notamment parce que ces systèmes sont plus ouverts et présentent davantage de vulnérabilités. Le projet SCAMSTOP («Scams and fraud detection in Voice over IP networks»), financé par l'UE, avait pour objectif de répondre aux faiblesses de cette technologie relativement récente.

Pour protéger les fournisseurs de VoIP contre la fraude et les utilisateurs contre le vol, le projet a imaginé des systèmes sophistiqués de détection de la fraude basés sur des mécanismes avancés de surveillance, de détection et d'alerte dans les environnements VoIP. La formulation d'algorithmes innovants de détection des usages abusifs et de la fraude était au cœur du travail mené dans le cadre du projet SCAMSTOP. Les algorithmes ont été conçus pour permettre un taux élevé de détection tout en utilisant une puissance de traitement et des ressources mémoire limitées.

Le travail a consisté à étudier la portée de la fraude, à la classifier, à identifier les problèmes spécifiques des réseaux VoIP et à concevoir une architecture anti-fraude. Les types de fraude incluent notamment la fraude à l'abonnement (profiter d'un service sous une fausse identité et sans payer) et la fraude superposée (obtenir des ressources d'utilisateurs légitimes en accédant à leurs comptes téléphoniques). Les fraudeurs peuvent également entrer par effraction dans un système PBX et effectuer ce que l'on appelle un clonage de téléphone mobile.

La solution créée par l'équipe de projet contient de nombreux composants différents pour identifier les fraudes, qui constituent une solution de gestion des fraudes (FMS) complète pour les réseaux VoIP. Le système inclut une interface de gestion détaillée avec des alarmes et la visualisation de résultats, qui permet également de créer des règles et de configurer des algorithmes.

Le projet SCAMSTOP apporte une contribution significative en termes de connaissances sur la sécurité VoIP et permet de garantir aux fournisseurs de services les revenus qui leur sont dus. Il permet aux petites et moyennes entreprises (PME) de sécuriser leur infrastructure et de se protéger contre les activités frauduleuses, ce qui assure les conditions d'un développement plus soutenu du secteur de la VoIP en Europe. De nombreuses technologies, comme la téléphonie, la messagerie et la vidéoconférence, devraient bénéficier de cet engagement.

Informations connexes