Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'hyperthermie magnétique tue les cellules cancéreuses

La nanotechnologie est de plus en plus utilisée dans les applications biomédicales. Des scientifiques européens ont développé des nanoparticules théragnostiques, ayant une double propriété diagnostique et thérapeutique.
L'hyperthermie magnétique tue les cellules cancéreuses
Malgré une recherche approfondie au fil des ans, le diagnostic et la thérapie restent limités pour de nombreux types de cancers. L'administration ciblée des anticancéreux est un défi, au même titre que la rechute, une caractéristique du cancer que l'on pense découler de l'existence de cellules souches cancéreuses. De ce fait, le besoin en interventions anticancéreuses innovantes se fait sentir.

Pour ce faire, les scientifiques du projet MULTIFUN (Multifunctional nanotechnology for selective detection and treatment of cancer), financé par l'UE, ont développé et validé une nanotechnologie minimalement invasive pour la détection précoce et sélective et l'élimination des cellules des cancers du sein et du pancréas. Leurs activités ont garanti la biocompatibilité et la fonctionnalisation optimales des nanoparticules.

Grâce à cette technique unique, les scientifiques ont pu produire des nanoparticules multifonctionnelles capables de préserver l'activité biologique de toutes les molécules conjuguées. Ces nanoparticules d'oxyde de fer magnétiques multifonctionnalisées ont fait leurs preuves en matière de diagnostic et de thérapie.

Les formulations désignées ont prouvé leur efficacité, sécurité et absence de toxicité dans des modèles de cancer in vivo. Afin de faciliter la détection in vivo des nanoparticules magnétiques dans les tissus et les fluides biologiques, les chercheurs ont mis au point des outils scientifiques appropriés. Par ailleurs, un générateur de champ magnétique a été développé pour effectuer des expériences d'hyperthermie magnétique in vitro et in vivo.

D'un point de vue thérapeutique, ces nanoparticules induisaient la mort cellulaire du cancer par l'association du chauffage magnétique et de l'administration d'agents anticancéreux. Dans des modèles sous-cutanés du cancer du sein et de la prostate, le traitement par hyperthermie combinée aux nanoparticules d'oxyde de fer magnétiques a montré une forte régression de la tumeur. De façon importante, l'outil théragnostique MULTIFUN a démontré sa capacité à cibler les cellules souches cancéreuses résistantes aux médicaments ainsi que la rechute de la tumeur, améliorant ainsi les résultats thérapeutiques.

Dans l'ensemble, l'outil MULTIFUN constitue une alternative prometteuse aux traitements anticancéreux standard. La capacité de fonctionnalisation de ces nanoparticules montre leur important potentiel pour le diagnostic et la thérapie d'autres types de cancer.

Informations connexes

Mots-clés

Hyperthermie, cancer, diagnostic, thérapie, nanoparticules d'oxyde de métal magnétique