Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

L'exploration approfondie de l'impact réel des interventions sur les enfants sur la mortalité générale en Afrique

Une initiative de l'UE a évalué les effets combinatoires d'un certain nombre de vaccins destinés aux enfants sur la santé globale en Afrique. Cela contribuera à modifier les politiques de la santé existantes afin d'améliorer les résultats de la vaccination.
L'exploration approfondie de l'impact réel des interventions sur les enfants sur la mortalité générale en Afrique
Les interventions dans le domaine de la santé menées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ou le Fonds des Nations Unies pour l'enfance dans les pays à faibles revenus (PFR) sont évaluées en fonction de certains indicateurs de performance tels que la couverture de la vaccination. Néanmoins, ces indicateurs n'offrent qu'une hypothèse quant à l'efficacité de l'intervention et au fardeau de la maladie et pas sur le réel impact sur la santé. Par ailleurs, les vaccins et les micronutriments peuvent avoir des effets non-spécifiques (ENS) bénéfiques ou négatifs et peuvent interagir avec d'autres interventions.

Les données individuelles sur l'adoption de l'intervention sur la santé et les résultats de la santé sont nécessaires. Ceci étant, le projet OPTIMUNISE (Optimising the impact and cost-effectiveness of child health intervention programmes of vaccines and micronutrients in low-income countries), financé par l'UE, a utilisé la plateforme des Health and Demographic Surveillance Systems (HDSS) du réseau INDEPTH pour effectuer des études d'observation et des essais aléatoires sur l'effet réel sur la santé d'interventions spécifiques.

Les partenaires du projet ont testé les ENS des vaccins utilisé dans les programmes de vaccination des enfants et les suppléments de vitamine A dans trois sites d'Afrique occidentale. Plus de 90 600 enfants âgés de moins de trois ans ont été observés dans ces zones rurales et urbaines. Ils ont développé un outil accessible au public pour la collecte et l'analyse des données et formé plusieurs jeunes chercheurs dans chaque site à l'utilisation de ces outils pour évaluer l'impact général sur la santé et les interventions.

Un essai randomisé d'un vaccin contre la rougeole (VR) n'a pas donné d'effet bénéfique sur la survie globale de l'enfant, mais a démontré que le VR peut produire des niveaux d'anticorps protecteurs de quatre à cinq mois d'âge. D'autres résultats montrent que le vaccin antipoliomyélitique oral direct (VPO) peut avoir des ENS utiles, alors que le vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche (DTP) non vivant peut avoir des effets non spécifiques négatifs pour les femmes. Les effets différentiels au niveau du sexe étaient beaucoup plus fréquents qu'on ne le pensait précédemment. La combinaison et la séquence des vaccinations étaient très importantes pour l'effet sur la survie. La recherche a révélé l'importance des campagnes de VPO et VR dans la baisse des taux de mortalité africains.

OPTIMUNISE a démontré avec succès que dans les pays à faibles revenus, les sites HDSS peuvent jouer un rôle majeur dans le contrôle et l'évaluation continus des interventions dans le domaine de la santé. À long terme, cela permettra d'améliorer la protection immunitaire des enfants dans les pays à faibles revenus contre les maladies mortelles.

Informations connexes

Mots-clés

Vaccins de l'enfance, interventions dans le domaine de la santé, pays à faibles revenus, vaccin contre la rougeole, effets non spécifiques, OPTIMUNISE