Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Des solutions contre les infections persistantes

Les infections persistantes des animaux d'élevage ont des implications socio-économiques graves. Les partenaires de l'étude NOPERSIST ont axé leurs travaux sur l'obtention de formulations antibiotiques efficaces et de réactifs diagnostiques pour combattre ce phénomène.
Des solutions contre les infections persistantes
Chaque année, l'Europe subit d'importantes pertes économiques en raison d'infections du bétail provoquées par des espèces pathogènes comme Mycoplasma ou Haemophilus. Le diagnostic demeure ardu et chronophage, empêchant par conséquent un traitement précoce et favorisant la propagation de ces maladies.

Le projet NOPERSIST («Novel strategies for the prevention and control of persistent infections») a été mis en place afin d'aborder ces questions et de développer de nouveaux moyens diagnostics et de nouveaux médicaments. Le consortium s'est intéressé tant aux composés naturels que synthétiques et a mis en place un criblage systématique afin d'identifier les combinaisons susceptibles d'être efficaces contre des isolats pathogènes résistants aux antibiotiques.

Les partenaires du projet ont testé pas moins de 24 000 composés susceptibles d'inhiber Mycobacterium tuberculosis, l'agent pathogène responsable de la tuberculose. Ils se sont plus particulièrement intéressés à l'identification de composés inhibant les bactéries dont l'ARN polymérase était résistante à la Rifampicine. En d'autres termes, ils cherchaient des composés thérapeutiques pour le traitement des bactéries MDR TB (multi-drug resistant tuberculosis). Ce criblage a permis d'identifier 53 composés présentant des propriétés thérapeutiques potentielles. Par ailleurs, un cocktail antibiotique développé par les chercheurs s'est révélé prometteur contre les souches résistantes, que ce soit dans des expériences in vitro ou sur des modèles animaux.

Le consortium a également réalisé d'importants progrès dans le domaine du diagnostic de la tuberculose active. Pour la première fois, ce test, développé par les chercheurs du projet, permet de diagnostiquer correctement une tuberculose active en la différenciant d'individus en bonne santé mais contaminés. Un tel essai est absolument nécessaire dans le monde entier pour diagnostiquer les patients atteints d'une tuberculose active.

Une grande partie des travaux du projet était également consacré à la recherche fondamentale avec par exemple le séquençage du génome de Mycoplasma hyorhinis et d'Haemophilus parasuis. Ces recherches ont permis au consortium de faire d'importants progrès dans l'élaboration de bibliothèques d'expression génomique nécessaires au développement de nouveaux outils diagnostics et l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques. Une librairie antigénique a ainsi permis d'identifier un antigène potentiel pour la mise au point d'un vaccin contre la tuberculose.

Les chercheurs du projet sont persuadés que leurs travaux déboucheront sur de nouveaux essais susceptibles d'obtenir un diagnostic efficace rapide des infections persistantes du bétail. Dans le même temps, ils espèrent pouvoir obtenir des médicaments et des vaccins pour traiter ou prévenir de telles infections chez l'homme. Plusieurs brevets ont été déposés par l'entreprise LIONEX afin de protéger les DPI (droits de propriété intellectuelle) générés par ces travaux.

Informations connexes