Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Combattre les espèces invasives clandestines

Les méthodes de traitement fondées sur la lumière ultraviolette (UV) pour stériliser l'eau de lestage sont coûteuses. Des scientifiques financés par l'UE ont dévoilé un nouveau système qui utilise l'UV comme composant pour optimiser la dose nécessaire afin d'éliminer complètement les espèces invasives.
Combattre les espèces invasives clandestines
L'eau de lestage non traitée est la quatrième menace pesant sur l'environnement mondial, et les côtes de l'Alaska, de l'Antarctique, de la mer Noire et de la Baltique sont particulièrement vulnérables. C'est pourquoi, l'Organisation maritime internationale a adopté une convention selon laquelle les navires marchands introduisent un système pour le traitement et la purification de l'eau de lestage d'ici 2016. Dans le cadre d'un système de traitement de l'eau de lestage, les ultraviolets (UV) semblent être le meilleur choix pour réduire la corrosion et les dommages à l'environnement.

Le coût le plus élevé pour l'UV est l'énergie nécessaire pour un dosage donné, et la maintenance et le remplacement des lampes. Le projet UV-MON, financé par l'UE, a trouvé un moyen de réduire le coût de l'utilisation des UV tout en maintenant une efficacité élevée dans des conditions difficiles. Le but du projet était de mettre au point un système de traitement des eaux de ballast en associant un nouveau système de traitement par plasma UV généré par ondes électromagnétiques avec un système de surveillance de l'activité biologique.

Ce système est modulaire et échelonnable, alors que le système de bio-surveillance est un cytomètre en flux couplé à une préparation d'auto-échantillonnage et un système de concentration. D'après les données générées par le bio-moniteur de la concentration du micro-organisme, le système fait varier le taux de dosage UV. Par ailleurs, un enregistreur de données en ligne enregistre les données afin d'optimiser le système développé au fil du temps.

Le coût pour contrôler les espèces invasives est relativement élevé; il représente en effet presque 13 milliards d'euros. Première de la sorte, la solution UV-MON devrait ainsi fournir à l'Europe un avantage compétitif sur le marché mondial. Par ailleurs, disposer d'un système conforme et testé disponible sur le marché aiderait à la ratification de la législation IMO.

Informations connexes

Mots-clés

Espèces invasives, ultraviolet, eau de lestage, navires marchands, traitement de l'eau de lestage, radiation UV, plasma UV, activité biologique, système de bio-surveillance, cytomètre en flux, enregistreur de données en ligne