Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

COMPARE — Résultat en bref

Project ID: 270669
Financé au titre de: FP7-JTI

Comparaison des méthodes d'inspection des réparations

L'industrie aérospatiale de l'UE se concentre essentiellement sur la fiabilité opérationnelle et des coûts de maintenance bas en vue de rester compétitive. Des scientifiques ont comparé diverses techniques de contrôle de l'intégrité des pièces de réparation afin d'atteindre ces objectifs.
Comparaison des méthodes d'inspection des réparations
Les réparations de défauts à base de composites collés sont, à bien des égards, supérieures à celles réalisées mécaniquement, mais elles sont très sensibles aux variations des paramètres du processus. La moindre petite fluctuation peut entraîner des imperfections au niveau de la réparation, qui impactent dangereusement la sécurité et nécessitent donc des procédures de contrôle non destructif (CND) efficaces.

Des scientifiques financés par l'UE et participant au projet COMPARE («Comparative evaluation of NDT techniques for high-quality bonded composite repairs») ont étudié différentes technologies. Ils ont comparé des méthodes par ultrasons conventionnelles (balayage automatique (ACU) par immersion et balayage mécanique (MCU)), par ultrasons à effet piézoélectrique (PZ UT), shearographie laser (LS) et ultrasons laser (LUT) Toutes les techniques ont repéré les défauts de manière satisfaisante. Leurs différences dans d'autres domaines comme la résolution, la vitesse et la sensibilité pourraient amener à des applications spécifiques en fonction des exigences.

Par exemple, les techniques de contrôle LUT et ACU offrent la meilleure résolution et pourraient détecter des imperfections de n'importe quelle taille qui ne répondent pas aux normes de sécurité dans l'aérospatiale. Outre le fait qu'elle est sans contact et non invasive, contrairement à la méthode ACU, la méthode LUT présente la résolution la plus élevée de toutes les techniques testées. Toutefois, cette dernière nécessite les mesures de sécurité les plus élevées, notamment le port de lunettes et une protection spéciale autour de la zone inspectée. Par ailleurs, l'opérateur doit posséder le plus haut degré d'expertise et des compétences en shearographie laser. Les méthodes ACU et MCU ont fait preuve de précision au niveau de la profondeur.

Les vitesses d'inspection étaient plus élevées pour la méthode LS, mais par contre la résolution a été la plus médiocre de toutes. Cependant, des informations sur la profondeur pourraient être extraites des données de la méthode LUT avec analyse et traitement du signal subséquent. Ceci suggère que la méthode LS pourrait servir de premier système de détection, avant d'appliquer la technique LUT ou ACU lorsqu'un défaut est détecté.

Garantir la fiabilité des pièces réparées par collage encouragera une utilisation plus généralisée de celles-ci et renforcera la sécurité en vol tout en diminuant les coûts d'exploitation et de maintenance. COMPARE a fourni des informations précieuses sur les avantages et les inconvénients des diverses technologies CND en évaluant l'intégrité des réparations à base de composites collés. Une sécurité renforcée à moindre coût devrait assurément avoir un impact positif sur la compétitivité de l'industrie aérospatiale de l'UE.

Informations connexes