Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un nouveau mécanisme de la sénescence cellulaire

La sénescence cellulaire est un mécanisme intrinsèque de suppression des tumeurs qui limite la progression des lésions cancéreuses à leur début chez les humains. La découverte récente d'un nouveau type de sénescence cellulaire ouvre des possibilités de nouvelle approche thérapeutique de traitement du cancer.
Un nouveau mécanisme de la sénescence cellulaire
Décrite comme le phénomène d'arrêt irréversible de la croissance des cellules, la sénescence cellulaire peut être déclenchée par de multiples mécanismes. Ensemble, ces mécanismes limitent la prolifération cellulaire excessive ou aberrante. L'état de sénescence constitue ainsi une protection contre le développement du cancer.

L'objectif principal du projet 'Pro-senescence therapy in pediatric brain tumours' (SENESCENCE THERAPY), financé par l'UE, était d'étudier un nouveau type de sénescence cellulaire. Des chercheurs ont récemment découvert un type de réponse de sénescence cellulaire à la perte du suppresseur de tumeur PTEN (phosphatase et homologue de la tensine). Les mutations de ce gène constituent une étape du développement de nombreux cancers.

Une fine réduction des niveaux de PTEN favorise l'apparition et la progression des tumeurs. Cependant, de nouvelles études ont montré que l'inactivation complète de la PTEN entraîne la sénescence même en l'absence d'hyper réplication et une réponse aux dommages sur l'AND. Les chercheurs ont nommé sénescence cellulaire induite par la perte de PTEN (PICS) cette nouvelle réponse de sénescence.

Les chercheurs ont montré que la PICS dépend de l'activité fonctionnelle de la traduction du gène p53 à médiation par la cible de la rapamycine chez les mammifères (mTOR). Par conséquent, la perte du gène p53 suppresseur de tumeur contribue à la baisse de la sénescence, à l'invasion tumorale et à la progression du cancer. Dans un modèle de xénogreffe de cancer de la prostate, l'inhibition pharmacologique du PTEN entraînait la sénescence et l'arrêt de la croissance tumorale in vivo.

Le médulloblastome et le neuroblastome sont deux des principales tumeurs pédiatriques intracrâniennes et extracrâniennes. En général, ces tumeurs sont associées à l'altération des proto-oncogènes c-myc et n-myc. Cependant, ils conservent un état de PTEN et p53 normal. Ainsi, ils représentent un système modèle idéal pour tester l'efficacité des nouveaux composés prosénescence, soit seuls, soit combinés.

L'objectif principal de l'étape suivante de ce projet consiste à démontrer l'efficacité des nouveaux inhibiteurs de PTEN dans ce système modèle. Par conséquent, ce projet peut potentiellement aboutir à de nouvelles options thérapeutiques pour guérir ces tumeurs pédiatriques fréquentes.

Informations connexes