Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

BAYEX — Résultat en bref

Project ID: 252025
Financé au titre de: FP7-PEOPLE

Des substances chimiques persistantes dans le nord de la Baltique

Des scientifiques ont mesuré pour la première fois les niveaux de produits chimiques persistants dans le nord de la Baltique afin de mieux comprendre les charges atmosphériques actuelles. Les chercheurs financés par l'UE ont également étudié la façon dont les charges futures répondront aux changements associés à la couche de glace et aux concentrations atmosphériques.
Des substances chimiques persistantes dans le nord de la Baltique
Le projet 'Atmospheric exchange of persistent chemicals in Bothnian Bay, northern Baltic Sea' (BAYEX) a étudié les pesticides organochlorés (POC), les pesticides d'usage courant (PUC) et certains composés organobromés naturellement présents dans l'air et l'eau. Il a été démontré que les substances telles que les POC, les PUC et les composés organobromés sont transportées sur de longues distances et se déposent dans l'Arctique.

Les membres du consortium BAYEX ont mesuré les charges dans la baie de Botnie, au nord de la Suède, qui ont été touchées par des variations saisonnières des concentrations dans l'air, l'eau, la température, la couverture de glace et la productivité primaire. Les résultats ont été utilisés pour déterminer les régimes de surveillance et les études des processus, qui ont débouché sur des prévisions des effets induits par le climat sur les charges futures.

Des échantillons d'air et d'eau de surface ont été analysés pour rechercher les composés cibles. Ils ont tous été détectés sauf la trifluraline et le chlorothanil des PUC qui n'ont pas pu être mesurés en raison d'interférences chromatographiques. Les niveaux que les chercheurs ont détectés se situaient entre ceux identifiés dans l'océan Arctique et les Grands Lacs d'Amérique du Nord. Les résultats pour l'air correspondaient bien aux mesures relevées dans les stations de surveillance du programme de mesure européen pour la surveillance continue et l'évaluation des polluants (EMEP) situées sur la côte ouest de la Suède et dans les régions arctiques de la Finlande.

Les résultats indiquent que le dépôt global (qui comprend les précipitations ainsi que le dépôt de particules sèches) pour le bassin suivant le débit fluvial pourrait être une voie importante permettant aux produits chimiques toxiques de pénétrer dans la baie de Botnie. Une simulation informatique a également été réalisée, elle impliquait une élévation de température de 2 à 3 degrés Celsius et la perte de la couche de glace qui en résulte. Cette simulation a prédit un accroissement de 50 à 60 % des dépôts et des charges de volatilisation dans la baie de Botnie pour la plupart des composés, en grande partie en raison de l'allongement de la saison des eaux libres.

Le projet BAYEX a fourni les premières mesures des POC et des composés organobromés naturellement présents dans l'air et l'eau dans le nord de la Baltique et a étudié les processus d'échange qui les unissent. Les informations obtenues grâce aux travaux de l'initiative BAYEX permettront aux scientifiques suédois et européens d'évaluer les dépôts atmosphériques de ces substances et de déterminer la manière don’t l'évolution de la couche de glace et les concentrations atmosphériques les influencent.

Informations connexes