Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

La détection précoce du cancer colorectal

Le cancer des poumons et le cancer colorectal provoquent des millions de décès chaque année. Le gène suppresseur de tumeur BARD1 est exprimé de manière tout à fait anormale dans plusieurs types de cancer et il pourrait devenir un marqueur diagnostic pour la détection précoce du cancer dans un échantillon sanguin.
La détection précoce du cancer colorectal
Le cancer des poumons est diagnostiqué chaque année chez deux millions de personnes. C'est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué après le cancer du sein avec le taux de mortalité le plus élevé (30%). Cette mortalité très élevée provient en partie de l'absence de détection précoce; les patients sont généralement diagnostiqués lors des stades avancés de la maladie lorsque les symptômes deviennent visibles. Il n'existe actuellement aucun essai de dépistage systématique du cancer du poumon à un stade asymptomatique, une situation qui n'est pas justifiable sur le plan médical.

Le projet BARDIAG («Bardiag - Biomarker tests for early cancer detection»), financé par l'UE, développera ainsi un test sanguin pour la détection précoce des cancers colorectaux et pulmonaires en se basant sur l'expression spécifiques des isoformes du gène BARD1. Les essais proposés par l'équipe du projet analyseront les isoformes de BARD1 sur deux niveaux: l'expression des ARN spécifiques des différentes isoformes dans les cellules tumorales circulantes (CTC) et la présence d'auto-anticorps spécifiques des dites isoformes dans le sérum. Ces essais de détection seront d'abord mis au point par le consortium puis validés par des essais sur des échantillons cliniques.

Les travaux concernant l'isolation des cellules tumorales circulantes ou la détection et l'analyse des ARN des isoformes de BARD1 sont cruciaux pour la réussite du projet. Les chercheurs ont réussi à détecter et analyser les différentes isoformes de BARD1 à partir de 10 cellules CTC pour 10 ml de sang. Ce résultat leur permet de réaliser maintenant ces essais d'analyse sur des échantillons cliniques.

Un premier cycle d'essais immunologiques a par ailleurs été réalisé sur 129 échantillons cliniques de cancer comprenant 99 cancers des poumons, 10 cancers colorectaux et 60 échantillons contrôles. Cet essai est en cours d'optimisation pour le prochain cycle d'essai qui comportera environ 500 échantillons.

Ces travaux permettront sans aucun doute d'améliorer significativement le taux de survie des patients grâce à l'introduction de méthodes largement disponibles et non invasives de détection précoce des cancers colorectaux et pulmonaires.

Informations connexes