Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

FP7

Top Story

Financé au titre de: FP7-ICT

CASCADE: RENDRE LES AÉROPORTS MOINS ÉNERGIVORES

Les aéroports consomment une grande quantité d'énergie, sans compter l'énergie nécessaire aux atterrissages et aux décollages. En effet, la quantité d'électricité et d'énergie thermique utilisée chaque jour par un grand aéroport est comparable à celle d'une ville de 100 000 habitants.
CASCADE: RENDRE LES AÉROPORTS MOINS ÉNERGIVORES
On compte environ 500 aéroports dans les 28 États membres de l'Union européenne, et même le plus petit est intensément énergivore. L'UE a soutenu le projet triennal CASCADE («ICT for Energy Efficient Airports»), dans le but d'aider les exploitants d'aéroports à réduire leur consommation d'énergie et à diminuer de 20 % à court terme les rejets de CO2 provenant de leurs centrales de chauffage, de ventilation et de conditionnement d'air (CVCA).

Les neuf partenaires de CASCADE, qui a reçu 2,6 millions d'euros au titre du 7ème programme-cadre de la CE , comptent pour cela sur un nouveau logiciel associé à un plan d'action sur l'énergie basé sur la norme internationale ISO 50001, et sur des algorithmes de diagnostic et de détection de défauts. Grâce à la solution de CASCADE, les défaillances peuvent être détectées rapidement et automatiquement avant que les systèmes ne soient endommagés ou tombent en panne, ou que trop d'énergie ne soit gaspillée. Elle aide ainsi les équipes de maintenance de l'aéroport à réagir de manière appropriée et à améliorer les performances des équipements dans les installations.

Le moment est on ne peut mieux choisi pour les exploitants d'aéroports, qui doivent aider l'UE à atteindre ses objectifs 20-20-20 (l'un d'eux étant de réduire de 20 % les émissions nationales pour 2020) en économisant sur la gestion de l'énergie. Pour cela, ils ont besoin d'un outil qui leur apporte l'assistance adéquate. Le projet CASCADE leur propose un tel outil, et l'intègre aux solutions de TIC déjà utilisées dans les installations de l'aéroport.

LES SYSTÈMES CVCA REPRÉSENTENT 50% DE LA CONSOMMATION D'ÉNERGIE D'UN AÉROPORT

Les deux plus grands aéroports d'Italie, ceux de Rome (Fiumicino) et de Milan (Malpensa), ont accepté de servir de sites pilotes et ont dédié au projet du personnel et des ressources. Chaque année, 55 millions de passagers transitent par ces aéroports. Près de la moitié de l'énergie consommée est utilisée par les systèmes de climatisation (CVCA), aussi une réduction de 20 % dans ce domaine diminuerait notablement la consommation des aéroports.

«Nous ne visons pas toute l'infrastructure de l'aéroport», déclare Nicolas Réhault , coordinateur de CASCADE et chef du groupe d'optimisation des performances des immeubles à l'Institut Fraunhofer pour les systèmes d'énergie solaire de Fribourg en Allemagne. «Nous voulons économiser 20 % de l'énergie consommée par ces systèmes en optimisant leur fonctionnement, et voulons appliquer les connaissances obtenues pour reproduire cette solution dans d'autres aéroports.»

L'équipe du projet s'est concentrée sur les systèmes CVAC, tout spécialement les grosses unités de climatisation, les installations d'eau froide et les tours de refroidissement. Elle a installé dans les deux aéroports des centaines de nouveaux capteurs, des compteurs et des enregistreurs de données pour mesurer des paramètres comme la température, la pression, le débit, la consommation électrique, etc.

Les ingénieurs utilisant ce nouveau cadre de mesure peuvent contrôler et tester les performances des équipements, et optimiser le comportement des utilisateurs. En l'associant à des outils de détection des défaillances, ils ont pu découvrir des problèmes de planification (un équipement inutilement en marche), le réglage incorrect du chauffage et du refroidissement dans différentes zones des aéroports, un mauvais positionnement des capteurs ou des actionneurs, le manque de calibrage ou de maintenance, des déséquilibres dans les systèmes de tuyaux et de conduits, etc.

Au bout des six premiers mois de la phase pilote, le système CASCADE a déjà détecté certaines défaillances au niveau des capteurs et des systèmes de commandes des unités de climatisation qui fournissent de l'air frais au Terminal 1 de Fiumicino. Les chercheurs ont déterminé que la mise en application de mesures économiques, comme la réinitialisation des systèmes de commande ou le remplacement de capteurs en panne, permettrait des économies de 500MWh par an, soit environ 3500 tonnes of CO2 ou 70 000 euros.

LE LOGICIEL POURRAIT S'APPLIQUER À D'AUTRES CONSTRUCTIONS COMPLEXES

Le projet a gagné un vif intérêt dans l'ensemble de l'UE. Le Conseil international des aéroports (ACI) s'est engagé à soutenir la proposition en fournissant un moyen de présenter les résultats à 400 des 500 aéroports de l'UE des 28. Le consortium de CASCADE espère que son réseau permettra à d'autres aéroports d'intégrer son outil logiciel dans leurs plans de gestion de l'énergie.

Et le logiciel CASCADE aura d'autres applications, comme l'explique M. Réhault. «Les aéroports sont des infrastructures très complexes. Nous avons acquis un solide savoir-faire sur la façon dont fonctionnent de telles infrastructures. Le logiciel peut être appliqué à d'autres constructions complexes comme les hôpitaux et les banques. Et il peut aussi être simplifié pour gérer des structures moins complexes.»

Lien au projet sur CORDIS

Lien vers le site web du projet

Lien vers une vidéo connexe

Informations connexes

Thèmes

Energy Saving