Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

L'odeur corporelle est déterminante pour repousser les moustiques

Des chercheurs du Royaume-Uni ont peut-être trouvé une nouvelle technique non invasive pour éviter la propagation des maladies dues aux piqûres de moustiques, telles que la malaria, la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune. Le paludisme est l'un des "trois grands" tueurs, ...

Des chercheurs du Royaume-Uni ont peut-être trouvé une nouvelle technique non invasive pour éviter la propagation des maladies dues aux piqûres de moustiques, telles que la malaria, la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune. Le paludisme est l'un des "trois grands" tueurs, avec le VIH/SIDA et la tuberculose. On estime que le paludisme tue à lui seul plus de 1,2 million d'individus chaque année. Les visiteurs des zones infestées de moustiques auront remarqué que ces insectes piqueurs et irritants semblent être sélectifs, ne s'attaquant qu'à certaines personnes et ignorant pratiquement les autres. L'odeur a longtemps été considérée comme un facteur, ce qui a eu pour effet d'inciter certaines personnes à adopter une solution anecdotique consistant à consommer des quantités d'ail, de piments et d'alcool, car les moustiques n'aiment pas leur odeur. Cela peut évidemment avoir un effet dissuasif sur les autres humains également. "Ceux qui ne sont pas piqués par les moustiques produisent des substances chimiques repoussantes qui masquent leurs odeurs autrement attirantes", a déclaré le professeur John Pickett du centre de recherches Rothamsted, qui a mené les travaux avec une équipe de l'université d'Aberdeen. Cette quête d'une solution à ce problème tenace figure au programme de la Summer Science Exhibition de la Royal Society qui ouvrira ses portes le 3 juillet au Royaume-Uni. "Les humains produisent des centaines de substances chimiques différentes, cela a donc été un véritable défi que d'identifier les substances particulières auxquelles réagissent les moustiques", a déclaré le professeur Pickett. Pour augmenter le nombre de substances chimiques auxquelles les moustiques sont hostiles et qui peuvent sauver des vies, l'équipe a utilisé une technique connue sous le nom de "chromatographie gazeuse - électroantennographie", laquelle consiste à séparer les odeurs en fonction de leurs éléments constitutifs et puis de les tester chacune séparément sur les antennes des moustiques afin de découvrir quelles odeurs le moustique "aime" ou "n'aime pas". L'équipe a déposé des brevets sur la base des recherches menées et publiera ses résultats sous peu. La technique permet également aux chercheurs d'étudier d'autres insectes piqueurs et pas seulement ceux qui prennent pour cible les humains. Les insectes piqueurs constituent un problème majeur pour les fermiers et leur bétail. Le côté le plus séduisant de la technologie est peut-être le fait que les produits seront "naturels", ou du moins à base de composés naturellement présents chez l'homme. De nombreux médicaments prophylactiques utilisés aujourd'hui pour prévenir les maladies telles que le paludisme sont en réalité de petites doses de poison qui suffisent à tuer le parasite du paludisme mais pas l'hôte humain. Certains prophylactiques paludéens et autres répulsifs sont connus pour les effets secondaires désagréables qu'ils entraînent. L'équipe effectue actuellement des tests cliniques et se montre assez confiante à propos du résultat. "Nous sommes en train de tester les composés naturels en les comparant avec les insectifuges approuvés par l'Organisation mondiale de la santé sur des individus connus pour attirer les moustiques. Nous espérons publier les résultats très prochainement", a déclaré le professeur Pickett. Cette découverte ne mettra pas fin aux autres recherches relatives aux moustiques, et en particulier au paludisme. Le cycle biologique du parasite du paludisme est extrêmement compliqué et constitue le centre d'intérêt de nombreuses pistes de recherches. L'investisseur Warren Buffett a donné récemment la plus grande partie de sa fortune à la fondation Bill and Melinda Gates, pour qui le paludisme constitue une priorité.

Pays

Royaume-Uni

Articles connexes