Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le partage des connaissances et les infrastructures, deux éléments clés pour l'EER d'après les parties prenantes du secteur de la recherche

Le "partage des connaissances" et le "développement d'infrastructures de recherche de classe mondiale" sont les deux grandes priorités en vue d'avancer sur la voie de l'Espace européen de la recherche (EER). Telle est la principale conclusion de la consultation publique concer...

Le "partage des connaissances" et le "développement d'infrastructures de recherche de classe mondiale" sont les deux grandes priorités en vue d'avancer sur la voie de l'Espace européen de la recherche (EER). Telle est la principale conclusion de la consultation publique concernant le livre vert "L'Espace européen de la recherche: nouvelles perspectives" de la Commission européenne. La majorité des parties prenantes du monde scientifique européen ayant répondu à la consultation (plus de 1000) souligne par ailleurs le rôle crucial de la carrière et de la mobilité des chercheurs, ainsi que de la coopération internationale. Elles attirent également l'attention sur les interactions cruciales entre ces dimensions. Ainsi, la mobilité des chercheurs a un impact majeur sur le partage des connaissances. Des infrastructures conjointes sont par ailleurs nécessaires pour promouvoir l'émergence de communautés et d'institutions de recherche européennes et mondiales. Selon le milieu dont elles sont issues, les personnes interrogées ont une appréciation différente des aspects les plus importants. Dans leurs réponses, les États membres accordent beaucoup de poids au rôle de l'industrie dans l'EER. L'industrie partage cet avis et critique le livre vert sur l'EER qui, d'après elle, attache trop d'importance aux systèmes de recherche publics. Pour l'industrie, le livre vert aurait dû accorder davantage d'attention à la recherche et au développement privés au sein de l'EER, ainsi qu'aux liens entre la recherche et l'innovation. La plupart des personnes interrogées approuvent l'utilisation d'une série d'instruments par l'UE pour promouvoir l'EER: mesures incitatives financières, hausse du budget de l'UE, coordination et lignes directrices. Dans la plupart des cas, les acteurs du secteur de la recherche européenne estiment qu'une législation contraignante n'est cependant pas nécessaire. Ils soutiennent toutefois l'idée d'une action législative visant à améliorer la carrière et la mobilité des chercheurs et d'un nouveau cadre juridique non contraignant pour les infrastructures de recherche paneuropéennes. "La consultation publique a mis en évidence les limites du septième programme-cadre (FP7) - même s'il tourne aujourd'hui à plein régime", a commenté Janez Potocnik, commissaire européen en charge de la science et de la recherche. "Des faiblesses structurelles empêchent l'Europe d'exploiter tout le potentiel de sa capacité de recherche et rendent nécessaires de nouvelles actions au niveau national ou européen, ou aux deux", a déclaré le commissaire Potocnik. "Nous devons poursuivre nos efforts pour créer l'Espace européen de la recherche (EER) en tant que moteur de la compétitivité européenne. Les ministres de la recherche ont également reconnu que l'Europe devait à présent élaborer une vision commune et améliorer la gouvernance politique de l'EER." À la suite de la consultation sur l'EER, cinq nouvelles initiatives sont prévues pour les mois à venir. Elles s'attaqueront à divers thèmes: - la gestion de la propriété intellectuelle par les organisations publiques de recherche (recommandation déjà adoptée); - la promotion de la mobilité et de la carrière des chercheurs européens; - le cadre juridique des infrastructures de recherche paneuropéennes; - la programmation et les programmes conjoints; - la coopération scientifique et technologique internationale.

Articles connexes

Politiques et directives

17 Avril 2008