Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un croisement des cellules souches induit par un changement environnemental

Des scientifiques financés par l'UE ont découvert que les cellules souches (CS) de l'un des principaux organes du système immunitaire peuvent être reprogrammées pour former des cellules souches issues des follicules pileux. Il suffit de modifier l'environnement de croissance d...

Des scientifiques financés par l'UE ont découvert que les cellules souches (CS) de l'un des principaux organes du système immunitaire peuvent être reprogrammées pour former des cellules souches issues des follicules pileux. Il suffit de modifier l'environnement de croissance des cellules. Les résultats montrent qu'il est possible de modifier des CS sans aucune manipulation génétique. Les détails de l'étude ont été publiés dans la revue Nature. L'ectoderme, l'endoderme et le mésoderme sont les trois feuillets embryonnaires qui se développent lors de la formation de l'embryon. L'ectoderme constituera la peau et le système nerveux, l'endoderme formera l'intestin, le foie, le pancréas, le thymus et d'autres organes; le mésoderme, quant à lui, produira les muscles, le squelette et le système sanguin. Les scientifiques ont toujours pensé que les frontières qui délimitent ces feuillets ne pouvaient pas être franchies. Pourtant, les résultats de cette étude montrent que ces frontières sont polyvalentes et que les cellules souches qui passent d'un feuillet à l'autre peuvent engendrer des résultats étonnants. L'équipe de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse, et de l'université d'Édimbourg, au Royaume-Uni, a montré que les cellules provenant d'un feuillet embryonnaire (dans ce cas, des CS du thymus provenant de l'endoderme) peuvent se développer en cellules associées à l'un ou l'autre des deux feuillets (des CS épidermiques provenant de l'ectoderme). Pour établir leurs résultats, les scientifiques ont cultivé des SC du thymus, un organe important du système immunitaire, en utilisant les conditions requises pour la culture de CS épidermiques issues des follicules pileux. Ils ont découvert que les cellules transplantées ont conservé la peau et les cheveux pendant plus de 12 mois, à savoir bien plus longtemps que pour les CS des follicules pileux produits dans des conditions naturelles. Petit à petit, les marqueurs génétiques des cellules ont commencé à ressembler à ceux des CS des follicules pileux, ce qui signifie qu'un environnement peut reprogrammer des CS pour produire des tissus qu'il n'aurait pas été possible de générer dans des conditions normales. Tout comme les CS du thymus (que l'on considérait jusqu'ici comme moins flexibles que d'autres cellules), les résultats suggèrent que ce phénomène pourrait s'étendre à d'autres organes. Ces travaux pourraient représenter une véritable percée dans le domaine des greffes et de la régénération d'organes, et aider de nombreuses personnes, notamment les brûlés graves. Le Dr Clare Blackburn de l'université d'Édimbourg expliquait qu'en réalité, il ne s'agit pas d'une capacité latente qui se déclenche lorsque ces CS entrent en contact avec la peau, mais plutôt d'un «changement de cap qui leur permet d'exprimer plusieurs gènes et de devenir plus puissantes.» Elle ajoute que davantage de recherche serait nécessaire pour déterminer si les autres microenvironnements (en plus de la peau) produiraient le même résultat. Cette étude a été soutenue par les sixième et septième programmes-cadres (6e et 7e PC) de l'UE dans le cadre de trois projets: EUROSTEMCELL («European consortium for stem cell research»), soutenu à hauteur de 11,91 millions d'euros au titre du domaine thématique «Sciences de la vie, génomique et biotechnologie pour la santé» du 6e PC; EUROSYSTEM («European consortium for systematic stem cell biology»), financé à hauteur de 12 millions d'euros au titre du thème «Santé» du 7e PC; et OPTISTEM («Optimization of stem cell therapy for clinical trials of degenerative skin and muscle diseases»), également financé au titre du thème «Santé» du 7e PC à hauteur de 11,99 millions d'euros.

Pays

Suisse

Articles connexes