Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une histoire de cannibalisme cosmique

Pour la première fois, des scientifiques ont découvert une planète originaire d'une autre galaxie. La détection de cette nouvelle planète, dont la taille est semblable à celle de Jupiter, soulève des questions quant à la formation et la survie planétaire et fournit des indices...

Pour la première fois, des scientifiques ont découvert une planète originaire d'une autre galaxie. La détection de cette nouvelle planète, dont la taille est semblable à celle de Jupiter, soulève des questions quant à la formation et la survie planétaire et fournit des indices fascinants sur le sort de notre propre système planétaire dans un avenir lointain. L'étude, réalisée par des chercheurs allemands et néerlandais, est publiée en ligne par la revue Science. Jusqu'à présent, les astronomes ont détecté près de 500 exoplanètes (des planètes se trouvant en dehors de notre système solaire). Cette nouvelle planète orbite autour d'une étoile baptisée HIP 13044, qui se trouve à environ 2000 années-lumière de la Terre dans la constellation du Fourneau. La masse de cette planète, baptisée HIP 13044 b, est de 1,25 fois celle de Jupiter. Les astronomes ont détecté HIP 13044 b à l'aide d'une méthode de la vitesse radiale en recherchant les faibles oscillations de l'étoile, révélatrices de l'attraction gravitationnelle d'un compagnon en orbite. Désormais présente dans la Voie lactée, la nouvelle exoplanète semble être d'origine extragalactique. La planète et son étoile seraient nées dans une galaxie naine dévorée par notre galaxie, la Voie lactée, il y a six à neuf milliards d'années. Selon les chercheurs, les cas de cannibalisme galactique ne sont pas rares; les restes de ces galaxies forment les courants stellaires. «Cette découverte est très enthousiasmante», déclare Rainer Klement de l'Institut Max-Planck d'astronomie (MPIA) en Allemagne. «Pour la première fois, les astronomes ont détecté un système planétaire dans un courant stellaire d'origine extragalactique. Étant donné les grandes distances en jeu, il n'y a encore jamais eu de détection confirmée de planète dans d'autres galaxies. Mais cette fusion cosmique a amené une planète extragalactique à notre portée». La découverte de cette étoile suscite aussi des questions intéressantes sur la façon dont les planètes géantes se forment, car elle semble contenir très peu d'éléments plus lourds que l'hydrogène et l'hélium. «Pour le modèle communément accepté de formation des planètes, c'est un casse-tête d'expliquer comment une telle étoile, qui ne contient quasiment aucun d'éléments lourds, aurait pu former une planète», ajoute l'auteur principal de l'étude, Johny Setiawan du MPIA. «Les planètes autour d'étoiles comme celle-ci doivent probablement se former d'une manière différente». La survie de la planète est également un grand mystère pour les astronomes. L'étoile HIP 13044 est entrée dans sa phase de «géante rouge», au cours de laquelle elle se refroidit et se développe fortement. La planète d'une étoile est souvent engloutie par l'étoile lors de cette dilatation, et des preuves indiqueraient que HIP 13044 aurait englouti ces autres planètes en orbite plus petites. «La rotation de l'étoile est relativement rapide pour une étoile de la branche horizontale», explique le Dr Setiawan. «Une explication est que HIP 13044 aurait avalé ses planètes en orbite intérieure au cours de la phase de géante rouge, ce qui la ferait tourner plus rapidement». Bien qu'à ce jour HIP 13044 b ait survécu à la phase de géante rouge, elle n'est cependant pas hors de danger; l'étoile se trouve dans une phase calme qui peut durer plusieurs millions d'années, mais elle se dilatera encore lors de la prochaine étape de son évolution. Ces résultats sont également importants pour notre système solaire. «Cette découverte est particulièrement fascinante si l'on considère l'avenir lointain de notre propre système planétaire, car le Soleil est également appelé à devenir une géante rouge dans environ cinq milliards d'années», fait remarquer le Dr Setiawan.

Pays

Allemagne, Pays-Bas

Articles connexes