Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Gros plan sur l'énergie marine

Une équipe de chercheurs d'Israël et du Royaume-Uni a découvert que l'énergie produite par les océans de la planète peut doubler grâce à l'utilisation de méthodes innovantes pour la prévision de l'énergie houlomotrice. Présentés dans la revue Renewable Energy, ces résultats ai...

Une équipe de chercheurs d'Israël et du Royaume-Uni a découvert que l'énergie produite par les océans de la planète peut doubler grâce à l'utilisation de méthodes innovantes pour la prévision de l'énergie houlomotrice. Présentés dans la revue Renewable Energy, ces résultats aideront les scientifiques à mener des recherches sur l'énergie marine renouvelable et à en faire une source énergétique optimale. Cette étude a été partiellement financée par le projet WAVEPORT («Demonstration and deployment of a commercial scale wave energy converter with an innovative real time wave by wave tuning system»), lequel a reçu plus de 4,5 millions d'euros au titre du thème Énergie du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE. Les chercheurs de l'université d'Exeter au Royaume-Uni et de l'université de Tel Aviv en Israël ont extrait de l'énergie qui équivalait à plus du double de la production actuelle en développant une façon de prévoir avec précision l'énergie de la prochaine vague. Le résultat? Une technologie bien plus efficace. D'après les experts, l'énergie marine pourrait fournir deux fois la quantité d'énergie actuellement produite au Royaume-Uni; cependant, l'extraction et la conversion de cette énergie est assez décevante par rapport à l'énergie solaire ou éolienne. L'énergie marine n'est également pas concurrentielle du point de vue commercial sans subvention. Bien que des progrès considérables aient été faits dans ce domaine de recherche, les scientifiques n'ont pas pu garantir que les dispositifs ne soient pas endommagés par l'environnement marin hostile. Ils n'ont pas non pu renforcer l'efficacité de la capture d'énergie provenant des vagues. Et c'est là où cette étude entre en jeu. Les chercheurs britanniques et israéliens ont abordé ces problèmes en développant des dispositifs capables de prévoir avec précision la puissance de la prochaine vague et de répondre en extrayant l'énergie maximale. Ils se sont particulièrement penché sur les absorbeurs ponctuels, des dispositifs flottants dont les composants se déplacent en réponse aux vagues. Ils produisent de l'énergie qu'ils réinjectent dans le réseau. Selon les chercheurs, les absorbeurs ponctuels sont plus efficaces en ce qui concerne la quantité d'énergie qu'ils produisent si leur réponse correspond étroitement à la force des vagues. Alors que les études antérieures portaient davantage sur la stimulation de cette énergie, leur étude visait à augmenter l'efficacité des dispositifs en prévoyant et contrôlant les forces internes du dispositif causées par les vagues suivantes. Ils ont développé un système qui permet au dispositif d'extraire la quantité maximale d'énergie en prévoyant la vague suivante. Ainsi, les données permettent à un programme de contrôler activement la réponse nécessaire pour une vague d'une taille spécifique. La susceptibilité pour un dispositif d'être endommagé est moindre car il répond de manière adéquate à la force de la prochaine vague. Le résultat est donc que le dispositif n'a pas besoin d'être désactivé lors de conditions météorologiques instables, ce qui est le cas actuellement. «Notre recherche a le potentiel de faire énormément progresser l'énergie renouvelable marine», expliquait le principal auteur Dr Guang Li de l'université d'Exeter. «On constate des avantages notoires pour l'énergie houlomotrice mais les progrès dans cette technologie se sont révélés être très complexes. C'est un grand pas en avant et il permettra à l'énergie houlomotrice de jouer un rôle important dans notre approvisionnement énergétique.» Pour sa part, le co-auteur Dr Markus Mueller de l'institut sur l'environnement et le développement durable du campus Cornwall de l'université d'Exeter, expliquait: «La prochaine étape est de constater comment cette approche pourrait être développée à grande échelle en la testant dans des parcs de convertisseurs d'énergie houlomotrice.»Pour de plus amples informations, consulter: Université d'Exeter: http://www.exeter.ac.uk/ Renewable Energy: http://www.journals.elsevier.com/renewable-energy/

Pays

Israël