Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un aperçu du futur de la technologie robotique

Répliquer le comportement humain dans les robots a longtemps été le principal objectif des scientifiques travaillant dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC). Cependant, un des obstacles majeurs était alors le contrôle de l'interaction e...

Répliquer le comportement humain dans les robots a longtemps été le principal objectif des scientifiques travaillant dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC). Cependant, un des obstacles majeurs était alors le contrôle de l'interaction entre le mouvement et la vision. En effet, réaliser une perception spatiale précise et une coordination visuo-motrice souple est quasiment impossible. La résolution de ce problème était l'objectif principal du projet EYESHOTS («Heterogeneous 3-D perception across visual fragments»), financé par l'UE. En simulant les mécanismes d'apprentissage humain, le projet a construit avec succès un prototype de robot capable d'atteindre la conscience de son environnement et d'utilisant sa mémoire pour atteindre les objectifs en douceur. Cette avancée aura des implications non seulement sur les potentielles améliorations de la mécanique robotique mais permettra également d'obtenir de meilleurs diagnostics et techniques de réhabilitation pour les maladies dégénératives telles que la maladie de Parkinson. Le projet a commencé par examiner la biologie humaine et animale. Une équipe pluridisciplinaire réunissant des experts en robotique, neurosciences, ingénierie et psychologie ont conçu des modèles informatiques basés sur la coordination neurale chez les singes (son mode de fonctionnement est très proche de celui de la coordination humaine). Il s'agissait principalement de reconnaître que nos yeux se déplacent à une telle vitesse que les images produites sont en fait floues, c'est alors au cerveau de reconstituer ces fragments flous pour présenter une image plus cohérente de notre environnement. En utilisant ces informations neurales, le projet a construit un modèle informatique unique qui combine les images visuelles avec les mouvements des deux yeux et bras, de la même façon que cela se produit dans le cortex cérébral du cerveau humain. En effet, le projet s'est construit sur ??le pressentiment que la pleine conscience de l'espace visuel autour de nous ne peut être obtenue que par une exploration active. Ce qui, après tout, équivaut à la manière avec laquelle les êtres humains apprennent à comprendre le monde physique, en regardant autour d'eux, en tendant la main et en saisissant des choses. Dans la vie quotidienne, l'expérience de la dimension 3D autour de nous est transmise par les mouvements des yeux, de la tête et des bras qui nous permettent d'observer, d'atteindre et de saisir des objets dans l'environnement. Dans cette perspective, le système moteur d'un robot humanoïde devrait être une partie intégrante des mécanismes de perception. Le résultat final de cette approche est un robot humanoïde qui peut bouger les yeux et se concentrer sur un point et même apprendre de son expérience et utiliser sa mémoire pour attraper des objets sans devoir d'abord les voir. Ce système robotisé comprend un torse avec des bras articulés et une tête de robot à yeux mobiles. Grâce à l'application de la neuroscience, le projet EYESHOTS, qui s'est achevé en 2011, a identifié avec succès un moyen de donner aux robots des sensations visuelles similaires à la vision humaine. Une étape importante dans la création d'un robot humanoïde capable d'interagir avec son environnement et d'exécuter des tâches sans supervision. Le projet, qui a été coordonné par l'Universita Degli Studi de Gênes en Italie, a été rendu possible grâce à un financement de 2,4 millions d'euros de l'UE fourni dans le cadre d'un thème de Technologies de l'information et de la communication (TIC) du septième programme-cadre de l'UE (7e PC).Pour plus d'informations, veuillez consulter: EYESHOTS http://www.bioforum. it/ Fiche d'informations du projet:

Pays

Italie

Articles connexes

Progrès scientifiques

7 Septembre 2016