Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une nouvelle technologie redonne vie au patrimoine culturel sous-marin européen

Les technologies immersives telles que la réalité augmentée et la réalité virtuelle sont utilisées dans le but de rendre le patrimoine culturel sous-marin européen plus accessible.

Économie numérique
Société

Le patrimoine culturel et l’Histoire uniques de l’Europe ne s’arrêtent pas à la terre ferme, mais peuvent également se trouver sous l’eau. Que ce soit une ancienne station balnéaire romaine, l’épave d’un navire de commerce ou des trésors engloutis, les fonds marins sont souvent jonchés d’artéfacts culturels uniques. Malheureusement, parce qu’ils se situent au fond de mers, ces sites sont restés largement sous-estimés et méconnus du grand public. «Quelle que soit l’importance du patrimoine culturel sous-marin, et cela même si vous êtes un plongeur professionnel, la majeure partie des sites se révèlent intrinsèquement hors de portée», indique Dimitrios Skarlatos, professeur agrégé en génie civil et géomatique à l’Institut de technologie de Chypre, et coordinateur du projet iMARECULTURE. En tirant parti des nouvelles technologies immersives telles que la réalité augmentée et la réalité virtuelle, le projet iMARECULTURE, financé par l’UE, contribue à rendre le patrimoine culturel sous-marin européen plus accessible au grand public.

Augmenter les visites sous-marines

Selon M. Skarlatos, le projet vise non seulement à rendre le patrimoine culturel sous-marin plus tangible, mais également à sensibiliser le public, ainsi que les plongeurs, à l’importance de la préservation de ce patrimoine unique en son genre. Pour remplir cet objectif de sensibilisation, le projet a mis au point une tablette sous-marine innovante de réalité augmentée qui sert de guide virtuel. L’appareil permet des visites augmentées de ces sites et explique l’importance de leur préservation. Prenons pour exemple la cité engloutie de Baïes. Il y a environ 2 000 ans de cela, cette ville était une station balnéaire romaine très prisée à l’époque. De nos jours, ses villas luxueuses gisent sur le plancher océanique, au large des côtes de Naples. «La tablette iMARECULTURE rend une plongée sur ce site encore plus intéressante en fournissant des rendus 3D de l’apparence de ces ruines du temps des romains», explique M. Skarlatos. «Grâce à ces rendus de réalité augmentée, le plongeur peut explorer virtuellement l’ancienne cité de Baïes dans toute sa splendeur passée.» M. Skarlatos fait remarquer qu’une fois son développement terminé, la tablette permettra d’utiliser plusieurs applications prometteuses. En plus d’augmenter les visites sous-marines, elle pourra être utilisée en tant qu’outil scientifique, permettant aux chercheurs sous-marins dans n’importe quelle discipline de prendre des notes et de géolocaliser des photos ainsi que les emplacements de nouvelles découvertes, ou encore de superposer les informations d’une trouvaille spécifique en temps réel. «Les possibilités sont véritablement infinies,» ajoute M. Skarlatos.

Susciter notre intérêt

Quant au grand public, le projet emploie la réalité virtuelle comme outil de valorisation afin de rendre les sites sous-marins plus accessibles via des visites virtuelles, des jeux sérieux et des musées interactifs. Ces visites dites «sèches» sont par la suite rendues disponibles via les téléphones portables, les casques de réalité virtuelle, les écrans holographiques et plus encore. «Grâce aux images, aux données et aux vidéos capturées, le grand public peut explorer des sites sous-marins uniques tels que les épaves du MV Ix-Xlendi ou de Mazotos, sans avoir à quitter la terre ferme,» indique M. Skarlatos. «Il existe même une fonctionnalité qui permet à l’utilisateur de simuler une plongée tout en s’immergeant dans le site.» Les chercheurs du projet réfléchissent actuellement à la meilleure façon d’ajouter de nouveaux sites aux visites de réalité virtuelle. «Les gens sont naturellement attirés par les endroits inconnus et hors de portée», affirme M. Skarlatos. «Grâce aux technologies émergentes, nous pouvons transformer cette curiosité en véritable passion pour la préservation de la kyrielle de sites du patrimoine culturel européen, tant sur terre que sous la mer.»

Mots‑clés

iMARECULTURE, patrimoine culturel sous-marin, patrimoine culturel, réalité augmentée, réalité virtuelle, technologies immersives, Baïes, plongeur, plongée sous-marine

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application