Skip to main content

Energy CHOices supporting the Energy union and the Set-plan

Article Category

Article available in the folowing languages:

Débloquer les forces sociales qui façonnent les choix et le comportement des consommateurs en matière d’énergie

Un projet financé par l’UE a permis de mieux comprendre ce qui motive les choix énergétiques individuels et collectifs. Les conclusions de l’étude sont essentielles pour améliorer l’impact et la pertinence des politiques énergétiques de l’UE par rapport aux réalités locales et pour accélérer la transition de l’Europe vers une économie à faibles émissions de carbone.

Changement climatique et Environnement
Société
Énergie

Les préoccupations croissantes liées au changement climatique incitent les gouvernements, les fournisseurs d’énergie et divers secteurs industriels à réagir en investissant de manière audacieuse dans des technologies à haut rendement énergétique. Bien que de nombreux investissements permettent aux consommateurs de gérer leur consommation d’énergie de manière plus active et plus efficace, plusieurs obstacles empêchent une adoption plus généralisée de ces technologies. Les choix des consommateurs sont complexes et ne reposent pas toujours sur une pensée et sur un comportement rationnels. Le projet ECHOES, financé par l’UE, a rassemblé des chercheurs en sciences sociales et des acteurs du marché de l’énergie afin d’étudier les raisons de la nature imprévisible des décisions humaines. Pour répondre à ces questions, les partenaires du projet ont interrogé plusieurs milliers de citoyens européens, réalisé de nombreuses études de cas et analysé des milliers de documents.

Une approche de «collectifs d’énergie»

ECHOES a utilisé le concept théorique innovant des collectifs d’énergie qui examine les choix énergétiques des consommateurs à une micro-, méso- et macro-échelle. «ECHOES a adopté trois perspectives différentes: comment les individus prennent leurs décisions en matière d’énergie, quel rôle joue la culture ou le mode de vie local dans nos décisions énergétiques, et quelles sont les différences entre les décisions prises par les individus et les sociétés ou groupes d’intérêt», souligne Christian Klöckner, coordinateur du projet. L’accent a été mis sur l’analyse de l’impact des collectifs d’énergie sur les technologies énergétiques intelligentes (par exemple les compteurs intelligents), la mobilité électrique et les bâtiments économes en énergie. Les partenaires du projet ont mené des études de cas dans cinq pays européens afin d’étudier la manière dont des événements historiques sont susceptibles d’influencer la culture énergétique d’une société. Pour ce faire, ils ont introduit le concept de «mémoires énergétiques» qui relie les cultures énergétiques établies aux mémoires collectives. «Le concept de mémoires énergétiques permet une excellente compréhension des cultures énergétiques et aide à identifier les failles de la culture énergétique, des exemples d’instabilité de la culture énergétique, où les décideurs politiques peuvent prendre des mesures ciblées pour influencer les cultures énergétiques dominantes», ajoute Christian Klöckner.

Résultats clés de l’étude

Le projet a fait état de nombreux résultats intéressants. Il a par exemple constaté que la plupart des documents politiques supposent que les gens manquent d’informations pour faire les bons choix et que l’économie oriente les choix individuels. Les résultats ont également révélé que notre réaction émotionnelle aux projets énergétiques détermine nos choix et que cela est particulièrement vrai pour les hommes. En outre, les gens sont plus disposés à investir dans les énergies renouvelables lorsque cette opportunité se présente dans leur ville. De plus, ils ont tendance à s’impliquer dans des initiatives d’énergie renouvelable si leurs actions sont visibles sur les plateformes de réseaux sociaux. Autre constat intéressant: les sociétés et les organisations luttent bien plus que les particuliers pour faire évoluer la législation sur l’énergie. Ce ne sont là que quelques exemples des résultats produits par ECHOES. Ils montrent que les politiques doivent faire bien plus que fournir des connaissances et des incitations économiques pour accélérer la transition de l’Europe vers une économie à faible intensité de carbone.

Recommandations de politique ferme

«ECHOES propose également trois recommandations de politique générale qui peuvent éclairer pratiquement tout programme de régulation de l’énergie axé sur le consommateur au niveau de la gouvernance», fait remarquer Christian Klöckner. Les décideurs politiques pourraient réduire les charges réglementaires, juridiques et procédurales auxquelles les consommateurs sont soumis lorsqu’ils participent à des programmes énergétiques. Pour renforcer leurs processus politiques, ils pourraient recourir à des outils de collecte de données et suivre la mise en œuvre des politiques à l’aide d’indicateurs de performance clés sélectionnés qui tiennent également compte des aspects sociaux. En fin de compte, les politiques devraient cibler des collectifs et des groupes individuels spécifiques dont les besoins et les caractéristiques sont similaires afin d’accroître l’acceptation des politiques. «La mise en œuvre de ces recommandations dans les politiques et réglementations énergétiques est susceptible d’améliorer considérablement l’impact et l’acceptation des politiques énergétiques et climatiques», conclut Christian Klöckner.

Mots‑clés

ECHOES, énergie, social, choix énergétiques, collectifs d’énergie, économie à faible émission de carbone, mémoires énergétiques, recommandations politiques

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application