Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

De nouveaux outils apportent des informations précieuses sur la biologie des tumeurs cérébrales mortelles

En utilisant une nouvelle technologie mise au point pour leurs recherches sur le glioblastome, un type de cancer cérébral, des chercheurs soutenus par l’UE ont montré comment les cellules immunitaires protégeaient la tumeur plutôt que l’organisme.

Santé

Chaque année, des tumeurs du cerveau ou du système nerveux sont diagnostiquées chez environ 240 000 personnes dans le monde. La plus courante et la plus mortelle de ces tumeurs est le glioblastome, un type de cancer malin qui débute dans le tissu cérébral et contre lequel on ne dispose pas de remède efficace. Les scientifiques ont supposé que la présence de cellules immunitaires à l’intérieur de la tumeur constituait probablement l’une des principales raisons expliquant que le glioblastome soit si difficile à traiter. Des chercheurs soutenus par le projet iGBMavatars, financé par l’UE, ont désormais apporté des preuves étayant cette hypothèse. «Nous avons développé une nouvelle technologie qui nous permet de visualiser, au niveau moléculaire, la façon dont les cellules immunitaires innées finissent par défendre les cellules tumorales plutôt que l’organisme», déclare Gaetano Gargiulo, chef de l’équipe de recherche du centre Max Delbrück de médecine moléculaire, qui fait partie de l’association Helmholtz, dans un communiqué de presse publié sur le site web «EurekAlert!».

Les obstacles au traitement

Le glioblastome est connu pour être très difficile à traiter. «C’est en premier lieu lié à l’incapacité de la plupart des médicaments anticancéreux à franchir la barrière hémato-encéphalique», explique Gaetano Gargiulo dans le même communiqué. La barrière hémato-encéphalique est une membrane semi-perméable qui entoure le cerveau et empêche les toxines ou les agents pathogènes nocifs d’y pénétrer. Une autre raison est liée au fait qu’il existe différents sous-types de glioblastome. Par ailleurs, la composition de la tumeur peut changer au fil du temps, en particulier lorsqu’elle réapparaît après la fin du traitement, prenant souvent la forme d’un sous-type caractérisé par une agressivité et une létalité plus importantes. «Mieux comprendre ce qui caractérise les différents sous-types de glioblastome et ce qui déclenche leurs évolutions pourrait guider le développement de nouvelles thérapies plus efficaces», observe Matthias Schmitt, auteur principal de l’étude.

Définir des gènes rapporteurs

En raison de la nature hétérogène du glioblastome, il convient de disposer d’une stratégie innovante permettant de caractériser l’hétérogénéité des tumeurs cérébrales. Face à ce besoin, l’équipe a créé des rapporteurs synthétiques: il s’agit de gènes attachés à une séquence régulatrice d’un autre gène dans le but de détecter ou de mesurer l’expression génétique. Ces gènes rapporteurs avaient pour but de permettre un traçage génétique des états des cellules tumorales. Les résultats des chercheurs ont été publiés dans la revue «Cancer Discovery». Grâce à sa nouvelle technologie, l’équipe de recherche est parvenue à mieux comprendre les processus biologiques des tumeurs cérébrales. «Dans le génome des cellules tumorales, nous avons identifié les régulateurs qui codent la signature correspondant à chaque sous-type», explique Yuliia Dramaretska, co-auteure de l’étude, dans le communiqué de presse. «Nous avons ensuite converti ces courts fragments d’ADN en rapporteurs moléculaires qui deviennent fluorescents lorsque les cellules se transforment.» L’équipe a également identifié les facteurs qui déclenchent les altérations des cellules des différents sous-types de glioblastome. Alors que le glioblastome proneural est décrit comme «une identité profondément ancrée» dans l’étude, le glioblastome mésenchymateux s’est avéré subir un changement rapide de l’état des cellules déclenché par les radiations ionisantes, mais pas par l’hypoxie. Selon Gaetano Gargiulo, les futurs plans de recherche envisagent d’utiliser les gènes rapporteurs afin de trouver comment empêcher les cellules immunitaires de rendre les cellules tumorales plus agressives. «Peut-être pouvons-nous également les encourager à recruter d’autres cellules immunitaires qui les aideront à combattre la tumeur», fait-il remarquer dans le communiqué de presse. Ces initiatives contribueront à faire avancer les objectifs du projet iGBMavatars (Glioblastoma Subtype Avatar models for Target Discovery and Biology), consistant à améliorer les traitements disponibles afin de renforcer la réponse des patients à ces traitements et à préparer le terrain pour découvrir de nouveaux traitements plus efficaces. Pour plus d’informations, veuillez consulter: projet iGBMavatars

Mots‑clés

iGBMavatars, glioblastome, cerveau, cellule, immunitaire, tumeur