Skip to main content
European Commission logo
français français
CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Article Category

Article available in the following languages:

De nouveaux outils pour rationaliser le développement des antibiotiques

Dans sa lutte contre les microbes résistants aux médicaments, le projet COMBINE, soutenu par l’UE, collabore avec des chefs de file de l’industrie afin d’évaluer son modèle de test des antibiotiques.

Santé icon Santé

Les bactéries et autres microbes développent la capacité de déjouer les médicaments conçus pour les tuer. Cette situation rend les maladies plus difficiles à traiter et augmente le risque de maladie grave, voire de décès. Les nouveaux antibiotiques représentent des alliés essentiels dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens (RAM), qui est devenue une menace urgente pour la santé publique, alors qu’elle est directement responsable d’au moins 1,27 million de décès dans le monde. Nous avons besoin d’outils pour faciliter le développement de nouveaux médicaments, des outils qui permettent aux développeurs d’évaluer l’efficacité de leurs nouveaux traitements antibactériens. Lancé en novembre 2019, le projet COMBINE, financé par l’UE, met au point un modèle de pneumonie in vivo standardisé pour tester les antibiotiques à petites molécules. Ce modèle, qui pourrait rationaliser les tests et le développement de nouveaux antibiotiques, fait actuellement l’objet d’une évaluation.

Vers un protocole standardisé

COMBINE réalise l’étude de validation avec quatre acteurs majeurs de l’industrie des antibiotiques: CARB-X, CAIRD, iiCON et Pharmacology Discovery Services. Comme l’indique un article publié sur «EurekAlert!», cette collaboration permettra aux principales parties prenantes de partager leurs données et leur expertise, renforçant ainsi l’étude de validation du modèle de pneumonie in vivo grâce à des tests effectués par différentes organisations. «Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un effort continu destiné à mettre en place un protocole standardisé pour le modèle de pneumonie in vivo. Les données du modèle permettront également de créer une banque de souches de référence de souches Gram-négatives bien caractérisées et pertinentes sur le plan clinique», selon l’article. En outre, COMBINE recourt à des méthodes de modélisation mathématique afin de combler le fossé entre les données précliniques et les résultats cliniques. Les travaux sur le modèle de pneumonie sont menés par une équipe du Statens Serum Institut, partenaire du projet COMBINE, au Danemark. Les expériences in vivo seront réalisées sur le site du partenaire danois, ainsi que sur deux autres sites partenaires, le Paul-Ehrlich-Institut (Allemagne) et GSK (Royaume-Uni), afin de vérifier si les résultats sont reproductibles dans différents laboratoires. «Je suis heureuse que le protocole développé par COMBINE pour le modèle standard de pneumonie fonctionne bien avec les isolats et les antibiotiques testés jusqu’à présent», déclare la professeure Lena Friberg, coordinatrice du projet COMBINE à l’université d’Uppsala, en Suède. «D’autres études sont en cours pour caractériser pleinement le modèle, et nous sommes impatients de mettre le protocole à la disposition de la communauté RAM.» COMBINE (Collaboration for Prevention and Treatment of MDR Bacterial Infections) est soutenu par l’initiative en matière de médicaments innovants (IMI), un partenariat entre l’Union européenne et l’industrie pharmaceutique européenne. Il joue également un rôle de coordination dans l’accélérateur en matière de RAM de l’IMI, un programme qui réunit des universités, des sociétés pharmaceutiques, des organismes de recherche et des petites et moyennes entreprises en vue de développer de nouveaux outils et traitements pour lutter contre les agents pathogènes résistants aux médicaments. «Nous sommes ravis de proposer des outils standardisés aux personnes qui travaillent à l’élaboration de nouveaux antibiotiques, et nous sommes fiers de faire partie d’une communauté de parties prenantes qui travaillent ensemble pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens», conclut le professeur Anders Karlén de l’université d’Uppsala. Pour plus d’informations, veuillez consulter: page web du projet COMBINE

Mots‑clés

COMBINE, antibiotique, résistance antimicrobienne, RAM, pneumonie, microbe, bactéries, médicament

Articles connexes