CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Development of human dopaminergic neuronal cell lines for transplantation

Article Category

Article available in the following languages:

Développement de cellules souches pour le traitement de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est extrêmement affligeante. Les chercheurs ont mis au point un moyen de produire des neurones de replacement qui pourraient constituer la base d'un traitement efficace.

Santé icon Santé

Dans un cerveau fonctionnant normalement, les cellules dopaminergiques (cellules DAergiques) produisent de la dopamine (DA) responsable de la transmission des signaux pour le bon fonctionnement des muscles. Dans le cas de la maladie de Parkinson (MP), les cellules produisant de la dopamine meurent ou dégénèrent. Les patients sont donc dans l'impossibilité de contrôler leurs mouvements. Bien que réalisable, l'utilisation de tissu foetal primaire pour remplacer les neurones défaillants est problématique d'un point de vue éthique et pratique. En conséquence, les partenaires du projet DANCE financé par la CE ont travaillé sur une source alternative éventuelle, les cellules souches neuronales humaines (hNSC). Les travaux en la matière réalisés dans le passé avaient été confrontés à des restrictions en raison de la faible production inhérente de cellules DAergiques à partir de cellules souches, ainsi qu'à une durée de vie limitée des neurones en résultant. Une équipe de chercheurs de l'université autonome de Madrid a travaillé sur la «protéine de survie» Bcl-XL, reconnue pour ses propriétés en matière de répression de la mort cellulaire. Selon les chercheurs, cette molécule aurait la capacité d'augmenter la fréquence avec laquelle les cellules souches humaines se différencient en cellules DAergiques. Ces résultats encourageants peuvent être attribués à la capacité de Bcl-XL à renforcer la survie de ces neurones cruciaux. La MP touche plus d'un million de personnes dans l'UE et est une maladie extrêmement affligeante pour les patients et les personnes prenant soin d'eux. Elle engendre également des coûts importants qui incombent au système de soins de santé communautaire. Davantage d'activités de recherche devraient permettre la production de lignées cellulaires adaptées à la réalisation d'essais cliniques et, à terme, à un traitement efficace potentiel de la maladie de Parkinson.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application