Skip to main content

Article Category

Article à la une

Article available in the folowing languages:

Success Stories de projets - Le silence est-il réellement d'or?

Il est très rare de trouver une personne heureuse de vieillir. En effet, on attrape des cheveux blancs, on est moins mobiles et pour certains, survient la difficulté d'audition. Une déficience auditive (par opposition à une perte totale de l'audition) est souvent sous-diagnostiquée chez les personnes âgées. Un groupe de chercheurs européens incitent à la détection précoce en tant que soins de routine.

Santé

La démographique européenne montre clairement que sa population est en plein vieillissement. Ainsi, le nombre de personnes âgées dans la population active est en augmentation. L'âge moyen en Europe devrait augmenter et passer de 37 pour 2003 à 52 en 2050, selon les estimations de l'Institut Brookings. En fait, la population âgée en Europe augmentera de 77% entre 2010 et 2050, selon la Commission européenne. La population âgée apportera de nouvelles pressions sur la société, sans compter les soins de santé qui leur sont destinés. La surdité est généralement associée à l'âge, et est acceptée comme tel: avec l'âge, on devient sourd, et on ne peut pas y échapper. Historiquement, l'importance d'avoir une bonne ouïe a souvent été sous-estimée. Les personens âgées qui souffrent de perte d'audition sont très frustées du manque général de communication. Ce handicap peut également être associé à une dépression et à une réticence à socialiser, ce qui alourdit encore plus la peine des personnes souffrant de ce trouble. Malgré sa prévalence parmi les séniors, la perte d'audition est sous-diagnostiquée, et par conséquent, mal traitée. La surdité n'est pas une maladie visible et peut ainsi être rapidement diagnostiquée et soignée. Elle se déclare souvent sur une longue période de temps, ce qui est l'une des raisons pour laquelle elle échappe aux interventions précoces chez les personnes âgées. Et c'est précisément pour cela qu'un projet financé par l'UE appelé AHEAD III («Assessment of hearing in the elderly: ageing and degeneration - integration through immediate intervention») a été lancé en 2008 pour trouver des indices et des preuves sur les effets de la perte d'audition chez les adultes et notamment les séniors. «La surdité», commente le chef de projet, Ferdinando Grandori, «était associée, jusqu'à il y a quelques années, à d'autres types d'handicaps, et même au retard mental». Le projet, qui a commencé en 2008 et s'achèvera en 2011, vise à sensibiliser les parties prenantes principales (décideurs politiques, administrateurs et professionnels des soins de santé) impliquées. Il analyse les coûts et la faisabilité de programmes à grande échelle et nationaux de détection auditive et d'intervention chez les adultes, et présente également les points de référence auxquels ces tests de détection doivent adhérer. «Presque toutes les méthodes traditionnelles de détection auditive ne détectent pas la capacité de comprendre un discours, notamment lorsqu'il y a du bruit de fond», explique M. Grandori. L'incapacité contre le dysfonctionnement AHEAD III, composé de 17 partenaires de 13 pays européens, développent des lignes directrices sur l'établissement de tests de dépistage en différents formats, dont notamment les nouvelles méthodes proposées de dépistage par téléphone et internet. Néanmoins, ces points de référence et ces directives doivent être en accord avec les conditions économiques et sociales locales ou nationales. Peu importe la méthode utilisée, AHEAD III souligne le besoin d'identifier très tôt les handicaps auditifs en plus des dysfonctionnements auditifs. L'étude se concentre sur un nombre d'aspects interconnectés concernant la perte d'audition. Une évaluation étiologique (examinant la cause de la perte d'audition chez les personnes âgées), ainsi qu'une épidémiologie de perte d'audition relative à l'âge (étude des modèles de perte d'audition à l'échelle de la population) ont été entreprises. Une fois cela établi, les principaux effets de la perte auditive associée à l'âge et les méthodes utilisées pour le dépistage seront étudiées. AHEAD III a permis d'appliquer la classification internationale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) du fonctionnement, du handicap et de la santé, appelé CIF, aux méthodes de dépistage et d'intervention sur la perte auditive chez l'adulte. La CIF est une norme utilisée par l'OMS pour classifier les composants de santé, du fonctionnement et du handicap. Les partenaires ont ensuite mis en avant les causes pertinentes et mécanismes patho-physiologiques présents chez les adultes souffrant de problèmes auditifs. Les conséquences sociales de la perte d'audition sont importantes pour les personnes affectées mais également pour leur entourage. La solitude et la dépression découlant de cette isolation provoquée par l'incapacité de communiquer avec les amis ou la famille s'installent facilement. On assiste également à une frustration de la part des autres qui veulent communiquer avec la personne malade mais voient leurs efforts échouer et doivent s'adapter. «La surdité engendre l'isolement», explique M. Grandori. «À moyen et long terme, les relations s'en trouvent perturbées et la personne atteinte a tendance à abandonner tout type de communication.» Vaincre la perte d'audition peut s'avérer être une longue voie que peu de personnes âgées sont prêtes à emprunter. Les impacts psychologiques et sociaux C'est un aspect très important sur lequel se sont penchés les chercheurs: l'impact psychologique et social de la perte d'audition chez les adultes. L'audiométrie tonale est utilisée pour identifier la valeur des seuils liminaires d'un individu, déterminant ainsi le degré, le type et la configuration du handicap. AHEAD III a identifié un point de référence pour le dépistage par cette technique. À mesure que la population européenne vieillit, le besoin d'empêcher, de retarder et de contrer le déclin fonctionnel des personnes âgées devient de plus en plus pressant. C'est pour cette raison que le projet a évalué les méthodes et technologies de dépistage d'audition chez l'adulte. Une fois ces dépistages réalisés, le projet a étudié si les interventions sur les patients atteints étaient fructueuses. En effet, l'équipe a étudié en profondeur et a étudié la littérature sur les technologies de dépistage, ainsi que les stratégies d'intervention, dans le but d'obtenir un tableau complet de l'efficacité des méthodes. AHEAD III a été en contact et a révisé les efforts actuels en cours en Europe et aux États-Unis sur les méthodes de dépistage, pour obtenir une perspective plus large. M. Grandori espère que le projet sensibilisera le public général et les professionnels de la santé. Il pourrait mener au développement de nouveaux appareils pour le dépistage de la capacité auditive. De même, des campagnes pilotes ont déjà été lancées dans de nombreux pays. Avec les progrès réalisés dans le développement technologique, nous assisterons sans aucun doute à de grands changements dans les prochaines années dans le secteur du dépistage auditif.