Skip to main content

Multiwavelength variability study of the jet variability in X-ray binaries

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les origines des explosions cosmiques

Des scientifiques financés par l'UE ont pu observer et quantifier un phénomène galactique inconnu associé à des explosions observables de lumière visible dans le soleil.

Énergie

Les objets stellaires compacts ayant des masses et densités élevées comme les étoiles, les planètes et les trous noirs accumulent et incorporent de la poussière stellaire et du gaz dans un processus appelé accrétion. La masse de l'objet tire la poussière et le gaz vers lui en raison de champ gravitationnel. Le tourbillon de gaz et de poussière forme une accrétion rapide en rotation autour de l'objet compact et est incorporé dans l'objet, augmentant sa masse. Les jets, d'impressionnantes explosions d'énergie et de matière observées sous forme de lumière, semblent être associés à tous les systèmes d'accrétion bien que la base du couplage disque-jet soit inconnue. Des scientifiques européens ont décidé d'étudier la physique des jets dans les trous noirs en accrétion, les étoiles de neutrons et les naines blanches (les étoiles se trouvant à la fin de leur cycle de vie), ainsi que la nature du couplage disque-jet. Au moyen du projet Jetvar («Multiwavelength variability study of the jet variability in X-ray binaries») financé par l'UE, l'équipe a exploité les avantages de nouvelles techniques expérimentales actuellement disponibles avec des méthodes d'analyses avancées. Jetvar a étudié la myriade de données relatives aux changements rapides d'émissions sur le spectre électromagnétique (EM), dont des observations radio, optiques, infrarouge et à rayons X. En particulier, les chercheurs souhaitaient comparer les données de variabilité de jets à partir de différentes sources stellaires pour comprendre le rôle de la rotation des trous noirs dans la production et l'expulsion des jets. Le projet Jetvar a permis de rassembler un grand nombre de données en utilisant des photomètres rapides (des instruments servant à mesurer l'intensité lumineuse) sur de grands télescopes. Pour la première fois, les scientifiques ont pu étudier la variabilité à plusieurs longueurs d'ondes dans les objets compacts en accrétion. Cela a donné lieu à de nombreux résultats inédits. L'équipe de Jetvar a produit la première estimation indépendante du champ magnétique dans un jet et une estimation de la vitesse du jet. Dans l'ensemble, Jetvar a réussi à initier ce qui est désormais comme un nouveau champ de recherche, qui sera sélectionné pour être étudié dans le cadre d'une mission spatiale par l'Agence spatiale européenne (ESA).

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application