Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Un traitement sans antibiotique pour les vaches laitières

La résistance aux antibiotiques sonne-t-elle le glas des traitements modernes contre les infections du pis dans l’industrie laitière? Il ne faut pas aller si vite en besogne, d’après certains chercheurs en train de développer une technologie révolutionnaire, efficace contre toutes les bactéries testées.
Un traitement sans antibiotique pour les vaches laitières
La résistance aux antibiotiques se développe de façon spectaculaire dans le monde entier. De plus en plus de bactéries deviennent résistantes aux antibiotiques mis au point pour les tuer et rendent ces médicaments inefficaces, ce qui réduit notre capacité de traiter les maladies infectieuses courantes. Si aucune mesure d’urgence n’est prise, l’Organisation mondiale de la santé prévoit un passage à une ère post-antibiotique, où infections courantes et blessures légères pourraient s’avérer à nouveau mortelles.

Le projet PanaMast, financé par l’UE, s’attaque au problème de la résistance aux antibiotiques en se concentrant sur la mammite bovine, une inflammation du pis couramment observée chez les bovins laitiers dans le monde entier. Alors que la mammite est habituellement traitée à l’aide d’antibiotiques classiques, PanaMast est en train de mettre au point la première solution non antibiotique au monde pour le traitement des vaches en lactation.

Une technologie innovante présentant des avantages pour la santé et l’économie

Connue sous le nom d’espèce réactive à action prolongée (LARS), la nouvelle technologie antimicrobienne sans antibiotiques s’est jusqu’à présent montrée efficace contre tous les microorganismes testés, y compris les bactéries résistantes aux antibiotiques telles que le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM). Plus important encore, elle n’induit pas de résistance. Très efficace contre les bactéries à Gram négatif et à Gram positif, LARS a également démontré une excellente innocuité et un faible profil de toxicité in vivo et in vitro. Il est possible de l’administrer de différentes manières, y compris sous forme d’aérosol ou par nébulisation, et ses faibles concentrations minimales inhibitrices en font une solution adaptée à un large éventail d’applications thérapeutiques.

Outre les avantages qu’il présente pour la santé, le nouveau traitement offre également des avantages économiques importants aux producteurs laitiers. Avec les antibiotiques conventionnels, les agriculteurs perdent une partie des revenus provenant du lait, car le lait des vaches en cours de traitement ne peut être vendu pendant une certaine période pendant et après le traitement. De plus, lorsque les antibiotiques ne fonctionnent pas, les vaches infectées doivent être éliminées. Cela coûte plus de 3 milliards d’euros par an aux industries laitières européenne et américaine. Mais lorsque les vaches infectées sont traitées par LARS, il est possible de vendre le lait pendant et après le traitement, ce qui est très appréciable pour les agriculteurs et les producteurs de lait.

Dans un communiqué de presse, le Dr Ruairi Friel, responsable du projet et PDG de Westway Health, a expliqué l’approche innovante de la société: «L’idée de départ consistait à se rendre compte qu’il existe d’autres moyens de tuer des bactéries comme le SARM. Cela se fait tous les jours dans le monde, en utilisant des désinfectants ou par le biais d’un nettoyage à la vapeur. Ce que nous avons été capables de développer, c’est une nouvelle méthode de destruction des bactéries qui ne nuit pas aux tissus vivants. Notre solution repose sur une combinaison de composés inspirée par la nature, et si nous pouvons développer et adapter notre solution à plus grande échelle, nous pensons pouvoir aider à relever ce défi mondial qui est la résistance aux antibiotiques.»

À la fin du projet, d’une durée de 24 mois, PanaMast (Progressing a non-antibiotic antimicrobial treatment for Bovine Mastitis towards market) devrait avoir terminé les essais de son nouveau produit et être prêt pour son déploiement sur le marché (niveau 8 de maturité technologique). Sous réserve de l’approbation réglementaire de l’Agence européenne des médicaments, l’objectif est de rendre le produit disponible sur le marché d’ici 2021 ou 2022.

Pour plus d’informations, veuillez consulter:
page web du projet PanaMast

Source: D’après des informations communiquées par le projet et des communiqués de presse

Informations connexes