Service Communautaire d'Information sur la Recherche et le Développement - CORDIS

Bruxelles fait honneur à la femme scientifique éminente

Des représentants de la Commission européenne et du Parlement européen faisaient partie des personnes réunies à Bruxelles pour faire honneur au Professeur Tatiana Birshtein, vainqueur européenne du Prix L'Oréal UNESCO «Femmes et sciences» ('For Women in Science') 2007, le 27 m...
Bruxelles fait honneur à la femme scientifique éminente
Des représentants de la Commission européenne et du Parlement européen faisaient partie des personnes réunies à Bruxelles pour faire honneur au Professeur Tatiana Birshtein, vainqueur européenne du Prix L'Oréal UNESCO «Femmes et sciences» ('For Women in Science') 2007, le 27 mars.

Le Professeur Birshtein est basée à l'Institut des corps composés macromoléculaires de l'Académie russe des sciences à Saint-Pétersbourg, où elle travaille sur la physique des polymères. Le prix lui a été décerné «pour sa contribution à la compréhension des formes, mesures et mouvements des larges molécules».

Née à Léningrad (actuellement Saint Pétersbourg) en 1928, elle n'a pas uniquement fait face à des problèmes liés à l'égalité des sexes, mais elle a aussi connu la guerre, l'intolérance religieuse et des perturbations politiques au cours de sa carrière. Malgré tout cela, sa passion pour la science n'a pas terni et lors de la manifestation elle a parlé avec enthousiasme de son travail, et a mis l'accent sur l'importance d'attirer les femmes dans le monde de la science.

«Les femmes et les hommes abordent différemment les problèmes scientifiques», a-t-elle expliqué, ayant remarqué que les meilleurs résultats étaient atteints lorsqu'hommes et femmes collaboraient.

En perspective de l'avenir, elle a noté qu'elle avait participé à de nombreux projets européens, et espérait poursuivre cette collaboration dans le cadre du septième programme-cadre (7e PC). Elle s'est également attelée à organiser un symposium international sur les polymères qui se tiendra dans sa ville natale en 2008.

La manifestation de Bruxelles a été organisée dans le cadre de l'année européenne des opportunités pour tous (European Year of Opportunities for All), et Viviane Reding, Commissaire européen chargée de la Société d'information et des médias, a souligné le prix que coûtait le gaspillage des compétences et du talent des femmes à l'UE.

L'Europe manque déjà de jeunes, de personnes qualifiées et en particulier de jeunes femmes qualifiées. En Europe, 4 % des étudiants diplômés possèdent un diplôme en informatique, alors qu'aux États-Unis et en Corée, ce taux s'élève à 5 % et 6 % respectivement. «Cela, mesdames et messieurs, représente un grand fossé», a averti le Commissaire, en faisant remarquer que si les installations et entreprises de recherche ne trouvaient pas assez de personnel en Europe, elles déménageraient ailleurs, tout simplement.

La Commissaire Reding a décrit les gagnantes des prix L'Oréal UNESCO comme des ambassadrices, qui pourraient jouer le rôle modèle pour les jeunes femmes et les filles s'intéressant à une carrière scientifique.

Le MPE polonais Jerzy Buzek, qui a dirigé le septième programme-cadre à travers son processus d'adoption dans le Parlement européen, faisait également partie des interlocuteurs. Il a soulevé deux questions qu'il considère comme entraves à l'augmentation du nombre de femmes dans la science. Premièrement, un problème démographique se pose.

«Nous n'avons pas seulement besoin de femmes dans la science, nous avons également besoin de davantage d'enfants », a-t-il dit. «Comment pouvons nous donc soutenir la réintroduction des femmes dans une carrière scientifique après qu'elles se soient consacrées à prendre soin des enfants?»

Le second problème identifié par le Professeur Buzek était de nature culturelle; il a déclaré que les enfants devraient recevoir des messages qui abolissent les stéréotypes culturels des sexes dès leur plus jeune âge. «Dans les livres de l'école primaire, où la légende dit 'voilà un scientifique', nous devrions voir une image de femme», a-t-il suggéré. «Et là où c'est écrit 'voilà un infirmier', avoir une image d'homme.»

M. Maciej Nalecz de l'UNESCO a accueilli le fervent soutien et intérêt politiques pour les prix apportés par la Commission et le Parlement, tandis que Jean-Paul Agon de L'Oréal Europe a accueilli le fait que la majorité des États membres a mis en place des initiatives au niveau national.

Source: Présence de CORDIS Nouvelles à la célébration européenne des prix L'Oréal UNESCO «Femmes et science»

Informations connexes