Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Comment pouvons-nous utiliser les nouvelles technologies pour préserver le patrimoine culturel?

Le patrimoine culturel (PC) constitue un aspect important de l’identité, c’est pourquoi il est essentiel de le protéger quand il est menacé. Un projet financé par l’UE a mené des efforts en ce sens.

Société

Le PC a toujours rencontré de nombreux défis, que ce soient les crises financières, la guerre, la mondialisation ou encore les évolutions technologiques. Ils ont poussé les professionnels du secteur à améliorer les méthodologies actuelles afin de mieux comprendre, protéger et valoriser l’identité et le passé européens communs. Montrer la voie Afin de soutenir le secteur du PC, «le projet ATHENA entendait créer un centre d’excellence dans le domaine de la télédétection pour le PC en archéologie», souligne le Dr Diofantos Hadjimitsis, coordinateur du projet. Ce centre a été établi en jumelant le Remote Sensing & Geo-Environment Research Lab de l’Institut de technologie de Chypre (CUT) actuel et des homologues de classe mondiale, dont le Conseil national de la recherche italien (CNR) et le Centre aérospatial allemand (DRL). «Cette collaboration étroite contribuera à créer un réseau synergique qui permettra la mise en réseau, le transfert de connaissances et la formation du personnel existant du CUT», explique le Dr Hadjimitsis. Elle améliorera et développera également les capacités et la collaboration entre les institutions peu performantes et celles de pointe, impliquant les professionnels du domaine des technologies et des applications de télédétection. Expliquant l’importance de la télédétection, le Dr Hadjimitsis souligne que «la science de la télédétection est de plus en plus utilisée pour soutenir la recherche en matière de PC et d’archéologie». Il s’agit en effet d’un outil distant, non destructif et non invasif, qui peut être utilisé pour de nombreuses activités, dont la détection de vestiges archéologiques enfouis et la surveillance de sites, ainsi que pour évaluer les risques. Principales réalisations ATHENA a placé l’archéologie par télédétection à l’avant de la recherche moderne, mettant en évidence les immenses possibilités offertes par l’intégration de données de télédétection à d’autres types d’informations liées à la recherche archéologique traditionnelle. «Cette intégration a été réalisée principalement grâce à des systèmes d’information géographique (SIG), qui entendaient comprendre et préserver le PC», relève le Dr Hadjimitsis. En outre, le projet a exploité davantage les capacités actuelles en matière de techniques de télédétection du CUT et du secteur du PC de son Centre de recherche Ératosthène, en termes de personnel et d’équipement. Le coordinateur explique: «Il a également permis une mise à jour considérable du profil académique du personnel du CUT, ce qui a facilité de nouvelles collaborations.» Les membres du CNR, du DLR et du CUT ont contribué à un transfert de connaissances et à des applications. Le Dr Hadjimitsis ajoute: «Le projet a comblé un écart important entre la recherche interdisciplinaire et les méthodes d’exploitation dans différents domaines scientifiques en recourant à des technologies de télédétection.» Grâce à lui, il a également été possible d’augmenter la sensibilisation du public aux possibilités offertes par la télédétection dans le domaine du PC. Des problèmes relatifs à la protection et à la surveillance de sites du PC peuvent désormais être abordés au niveau gouvernemental grâce aux connaissances du personnel de recherche du centre d’excellence d’ATHENA. Quelle est la prochaine étape? «La prochaine étape consiste à conserver l’esprit d’ATHENA», confirme le Dr Hadjimitsis. Les membres du consortium ATHENA travaillent toujours ensemble, poursuivant la recherche initiée durant le projet. En outre, de nouvelles propositions de recherche inspirées par ATHENA ont été soumises afin de bénéficier d’un financement. En plus de la préservation du PC, «grâce à son personnel et son site web, ATHENA entend être considéré comme un lieu de connaissances et un laboratoire de normalisation dans le domaine de l’archéologie par télédétection et du PC». Il entend devenir une «école ouverte» pour les universitaires, les chercheurs et les professionnels des domaines concernés, conclut le Dr Hadjimitsis.

Mots‑clés

ATHENA, archéologie, télédétection, patrimoine culturel, recherche archéologique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application