Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Améliorer les soins contre l’acné grâce à un nouvel outil d’évaluation numérique

Si le système européen de soins de santé souhaite devenir plus efficace, les patients doivent être davantage capables de prendre en charge eux-mêmes certaines pathologies, et les solutions numériques peuvent s’avérer essentielles. ScanZ a élaboré un outil qui améliore la qualité de vie des personnes atteintes d’acné et le traitement accordé par des professionnels de la santé.

Santé

L’acné a beau être le huitième diagnostic le plus fréquent à l’échelle mondiale, ses échelles d’évaluation utilisent des termes subjectifs comme «quelques-unes» ou «beaucoup» pour quantifier la présence de lésions. Même s’il existe plus de 25 échelles différentes, elles sont inexactes. En outre, le contexte général (l’âge, le sexe, les pathologies concomitantes comme des troubles hormonaux, l’alimentation, les facteurs génétiques et les éléments psychosociaux) n’est habituellement pas pris en compte. C’est à chaque médecin de faire preuve de jugement en fonction de sa propre expérience et de cas antérieurs, ce qui complique le suivi cohérent des programmes thérapeutiques dans le temps et en différents milieux de soins. Grâce au soutien de l’UE, et en collaboration avec des hôpitaux partenaires, le projet ScanZ a été en mesure d’améliorer un outil déjà existant, efficace et peu coûteux. En plus de permettre l’évaluation normalisée de l’acné, cet outil améliore également le suivi tout au long du parcours de soins. Par conséquent, les patients reçoivent le bon traitement, au bon moment et au bon endroit, et deviennent ainsi des participants actifs dans la gestion de leur pathologie. Un produit et une plateforme ScanZ se compose d’une application logicielle pour tablette et d’un scanner portable. Le scanner utilise une technique lumineuse spécialisée, connue comme imagerie multispectrale, pour lire les caractéristiques cutanées. En plus de compter les lésions, les algorithmes sous-jacents quantifient leur degré de gravité à l’aide de caractéristiques telles que l’activité des glandes, le sébum et la pigmentation, fournissant ainsi une évaluation objective. Ces informations combinées sont ensuite transmises aux professionnels de santé. Le système a été développé en vue d’offrir une gestion optimale dans l’ensemble du parcours de soins. Par exemple, il peut être utilisé par les pharmaciens pour sélectionner le traitement en vente libre le plus approprié, ainsi que par des fournisseurs de soins secondaires pour enregistrer les antécédents et l’évolution de la maladie à l’aide de cette évaluation normalisée. En pratique, cela veut dire que les suivis peuvent être réalisés par des infirmières à la place des dermatologues. À ce jour, le système a été prouvé à l’Harrogate and District NHS (National Health Service) Foundation Trust au Royaume-Uni. Le protocole de l’étude a été approuvé par le comité éthique du NHS et la formation préliminaire du personnel a déjà été entamée en vue de l’étude clinique. «ScanZ représente une importante contribution à l’amélioration des soins contre l’acné. En effet, il a été reconnu dans un rapport du NHS comme solution pour relever certains défis liés au traitement, dont la surutilisation d’antibiotiques et le problème de la résistance aux antimicrobiens», explique M. Sava Marinkovic, coordinateur du projet. Automédication ScanZ permet aux patients d’obtenir le bon traitement contre l’acné le plus tôt possible, évitant ainsi certaines conséquences négatives durables, comme les cicatrices ou la détresse psychologique. Assurer soi-même le suivi de sa propre peau, à l’aide d’une extension de l’application de la plateforme centrale, permet au patient de gérer de manière autonome sa santé: l’un des objectifs de la stratégie sanitaire de l’UE. Dans ce contexte, le projet contribue à l’objectif de l’UE en matière de soins de santé intégrés en introduisant cette technologie dans plusieurs centres de soins, des pharmacies aux soins primaires, en passant par les hôpitaux et les cliniques. Cela réduit les visites de traitement et évite la répétition de traitements inefficaces. Le premier produit ScanZ, un outil d’analyse sur tablette, fait actuellement l’objet des préparations finales avant sa présentation en tant que dispositif médical de classe IIa. Des algorithmes d’imagerie supplémentaires et le scanner seront disponibles après 2020, à la fin des études cliniques. M. Marinkovic explique: «L’objectif initial consistait à garantir que le produit répondait aux besoins des patients. Ensuite, nous avons incorporé davantage d’algorithmes, de données et de matériel. Étant donné que l’acné est un type de maladie inflammatoire générale, nous entendons nous concentrer plus tard sur d’autres maladies liées, comme la rosacée, le psoriasis et l’eczéma.»

Mots‑clés

ScanZ, acné, maladie inflammatoire, trouble cutané, algorithmes, scanner, suivi, automédication, diagnostic, parcours de soins, traitement

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application