Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Utiliser des capteurs micro-ondes pour voir à travers la couverture nuageuse de la Terre

Pour rendre l’observation de la Terre plus utile à l’agriculture, le projet WATER4AGRI, financé par l’UE, utilise des capteurs et des données micro-ondes pour mesurer l’humidité et la température des sols.

Changement climatique et Environnement
Alimentation et Ressources naturelles

Des sécheresses plus longues à l’augmentation des inondations et aux maladies des cultures plus résistantes, le changement climatique créé de nouveaux défis pour le secteur agricole européen. Alors que l’Europe cherche des façons de relever ces défis liés au climat, l’observation de la Terre constitue une technologie prometteuse. Toutefois, étant donné que l’observation de la Terre est fondée sur l’imagerie, son utilité est considérablement limitée en raison de l’incapacité à «voir» à travers la couverture nuageuse de la planète. VanderSat, une entreprise néerlandaise spécialisée dans l’observation de la Terre, adopte une approche différente. Grâce au soutien du projet WATER4AGRI, financé par l’UE, l’entreprise utilise des capteurs et des données micro-ondes, au lieu des images, pour mesurer l’humidité et la température des sols. À l’aide de ces données micro-ondes, VanderSat a allégé l’une des principales difficultés associées aux données d’imagerie issues des satellites: la couverture nuageuse. «L’avantage de continuer à descendre le spectre électromagnétique vers les micro-ondes c’est qu’il est possible d’obtenir des informations sur le sous-sol de la Terre qui ne sont pas limitées par la couverture nuageuse, car elles ne se trouvent pas dans le champ de vision», explique M. Richard de Jeu, fondateur et directeur technique de VanderSat. «Ces données nous offrent des informations sur l’état physique d’une plante et possèdent une forte valeur prédictive en lien avec le rendement des cultures, les inondations et les sécheresses», ajoute M. Robbert Mica, cofondateur et directeur de marketing de VanderSat.

La clé est scientifique

En recueillant des données issues d’une série de satellites différents opérés par plusieurs organismes du monde entier, VanderSat mesure l’humidité et la température des sols au quotidien, construisant une base de données sur une période de 40 ans. Mais VanderSat est bien plus qu’une entreprise de données, c’est une entreprise spécialisée dans les sciences. «Nous ne faisons pas que fournir les données, nous allons jusqu’au bout en fournissant également la science», explique M. Mica. «Pour nous, la clé est scientifique, car c’est la science qui nous permet de créer des outils pratiques pour le secteur agroalimentaire.» Prenons l’exemple de leur partenariat avec Swiss Re, un important réassureur mondial. Selon M. Mica, des sept milliards d’hectares de terres arables du monde entier, un milliard seulement sont assurés. Pour déterminer quelles conditions sont anormales et devraient faire l’objet d’une assurance, les assureurs et les réassureurs doivent d’abord connaître quelles sont les conditions normales. «Les données cohérentes et à long terme sont réellement importantes, et la base de données et les capacités développées dans le cadre du projet WATER4AGRI sont capables de fournir ces informations», explique M. Mica. VanderSat collabore également avec BASF, une entreprise allemande du secteur chimique, dans la mise au point d’un produit commercial pour fournir aux agriculteurs des cartes d’application sur mesure et l’optimisation du calendrier afin de mettre en place des mesures de protection des cultures. «Connaître les taux d’humidité des sols s’avère essentiel pour prévoir de manière plus précise les risques liés au rendement et le développement des cultures», explique M. Ole Peters, responsable des technologies agricoles numériques au sein du département de solutions agricoles de BASF. «En intégrant les données de VanderSat dans notre technologie agricole digitale, les agriculteurs bénéficieront d’informations et de prévisions plus précises et spécifiques à la zone, garantissant une utilisation plus efficace et plus durable de l’eau et des intrants agricoles», ajoute M. Peters.

Un leader mondial

Ce ne sont là que deux exemples de la manière dont VanderSat transforme la science en solutions utiles et pratiques destinées aux agriculteurs. «Le projet WATER4AGRI a constitué un coup de pouce pour notre entreprise, nous permettant de mettre au point rapidement un service commercialisable», ajoute M. de Jeu. «En conséquence, nous sommes aujourd’hui l’un des principaux acteurs au monde spécialisé dans l’observation de la Terre pour notre secteur, fournissant des données et des informations aux agriculteurs en Europe, aux États-Unis, au Brésil et ailleurs.»

Mots‑clés

WATER4AGRI, observation de la Terre, agriculture, capteurs micro-ondes, données, humidité du sol, température du sol, changement climatique, VanderSat, Swiss Re, BASF

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application