Skip to main content

UPSCALE OF AN INNOVATIVE, PIONEER AND SUSTAINABLE BIOMATERIAL (BacLEATHER) FOR THE FOOTWEAR INDUSTRY

Article Category

Article available in the folowing languages:

Chaussures sans cuir et respectueuses de l’environnement fabriquées à partir de matériaux biologiques

Une initiative financée par l’UE a mis au point une solution écologique aux impacts environnementaux et sanitaires associés à la production et à l’élimination des chaussures en cuir animal et synthétique.

Changement climatique et Environnement
Technologies industrielles

Les peaux d’animaux sont actuellement utilisées comme une source de cuir naturel pour l’industrie de la chaussure, ce qui suscite de vives préoccupations sur le plan de l’environnement et de la durabilité. Cela est dû au fait que le bétail requiert d’énormes quantités de nourriture, de pâtures, d’eau et de combustibles fossiles et que les peaux d’animaux ont besoin de tannage pour être stabilisées, ce qui entraîne une pollution importante de l’air et des cours d’eau et a des effets néfastes sur notre santé. Une alternative est le cuir synthétique produit par l’industrie chimique, mais cette production a également une incidence sur l’environnement liée à la contamination par les matières plastiques, à l’empreinte CO2 et au rejet de produits chimiques toxiques dans l’environnement. Il est par conséquent urgent de développer de nouvelles alternatives, tant au cuir animal qu’au cuir synthétique. Le projet BacLEATHER financé par l’UE a traité cette question et a développé un matériau écologique semblable à du cuir mais qui requiert moins de temps, moins d’eau et moins d’énergie pour sa fabrication et qui n’emploie aucun produit chimique nocif. «Ce “cuir cultivé” peut constituer une alternative sûre, durable et économique au cuir pour l’industrie de la chaussure», explique García Concepción, cheffe de projet, co-fondatrice et PDG de la PME espagnole Patent Shoes.

Une nouvelle approche

Le cuir synthétique est généralement réalisé par collage d’un revêtement plastique sur un support en tissu. Toutefois, selon le type de plastique utilisé, l’impact environnemental du matériau est différent. Actuellement, plusieurs matériaux sont utilisés pour produire du cuir synthétique: le polychlorure de vinyle (PVC) et le polyuréthane (PU) restent les plus courants. Ils ne constituent pas une alternative durable et écologique au cuir animal en raison des substances toxiques dégagées lors du traitement et de l’élimination du cuir synthétique (PVC et PU). La PME Patent Shoes a réagi en concevant et en développant avec succès en laboratoire un processus biotechnologique basé sur des micro-organismes pour produire des feuilles de cellulose nano-bactérienne (CNB). À la suite d’un simple processus de teinture et d’imperméabilisation, les feuilles donnent un biomatériau présentant des caractéristiques très similaires à celles du cuir animal, le BacLEATHER, qui peut être utilisé comme substitut du cuir par l’industrie de la chaussure. Le matériau est fabriqué à partir d’un mélange de bactéries et de cellules de levure qui fonctionnent comme une culture symbiotique pour produire des biofilms et former une matrice de cellulose de CNB. «Le BacLEATHER s’obtient par fermentation de ces cultures pour donner un biopolymère solide d’épaisseur réglable qui peut être teint, séché, collé et cousu. Ses propriétés, après traitement, sont similaires à celles du cuir animal utilisé dans l’industrie de la chaussure», explique Mme García.

Stimuler l’économie circulaire

En raison des caractéristiques hydrophiles de la cellulose bactérienne, une étape spécifique visant à imperméabiliser le matériau doit être effectuée. «Nous avons utilisé un matériau 100 % biodégradable qui est également compostable et peut être lié au biopolymère. Il donne également au BacLEATHER un aspect similaire à du cuir verni», note Mme García. «Notre biocuir cultivé n’utilise pas de produits chimiques toxiques au cours de sa production et est réalisé à partir de ressources renouvelables, permettant de la sorte au secteur de se diriger vers une économie circulaire, sans impact pour l’environnement.» L’objectif, selon Mme García, est de permettre à Patent Shoes de devenir la première entreprise au monde à produire à l’échelle industrielle et à la demande un produit biodégradable (biocuir) destiné à la production de chaussures. «Comme le BacLEATHER est composé de matériaux biologiques, recyclables et non-toxiques et plus économes en eau et en énergie, l’industrie de la chaussure en profitera mais cela permettra également d’atténuer les effets du changement climatique», précise-t-elle.

Mots‑clés

BacLEATHER, cuir, chaussures, polychlorure de vinyle (PVC), polyuréthane (PU), cellulose nano-bactérienne (CNB), biopolymère

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application