Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

ECOSIM -Pour un ciel plus propre

Le voile de pollution planant sur les grandes métropoles est une image fréquente. La forte pollution atmosphérique provoquée par les émissions des véhicules présente de graves dangers pour la santé qui inquiètent fortement les responsables de la santé, les écologistes, les gouvernements et les citoyens. Plusieurs mesures législatives ont été prises pour réduire la pollution des véhicules et d'innombrables mesures ont été mises en oeuvre pour améliorer la qualité de l'air en général. ECOSIM, un système d'aide à la gestion de l'environnement urbain, a été mis au point pour faire face à la grande quantité d'informations que des mesures efficaces nécessitent.

Changement climatique et Environnement

Le projet ECOSIM, conçu et mis en oeuvre pour la première fois en 1996, était basé sur les méthodes scientifiques et les technologies informatiques de pointe et a ensuite évolué pour devenir une plate-forme multimédia sophistiquée, mais facile à utiliser, fournissant une aide à la décision en matière de planification écologique. Les technologies intégrées couvrent un large éventail de situations, relatives notamment au climat, à l'environnement et à la technologie, comme l'acquisition de données par des réseaux de surveillance de l'environnement, des outils d'analyse et de visualisation des données, des modèles de simulation numérique (y compris des modèles de simulation 3D dynamique), un système d'information géographique hybride, des systèmes experts intégrés et, enfin, de puissants composants de visualisation. Tous ces éléments ont été réunis dans une architecture conviviale, distribuée par des protocoles HTTP et TCP/IP. En un mot, le système de modélisation et de contrôle ECOSIM vise à prévoir la faible qualité de l'air (en temps réel) puis à fournir une base solide sur laquelle les décisions peuvent être prises pour réduire la pollution atmosphérique urbaine et pour mettre en place des mesures efficaces de gestion du trafic. Mais en fait, ECOSIM est beaucoup plus que cela. Les outils logiciels intégrés, par exemple, qui constituent sa capacité globale de modélisation de l'environnement, ne sont pas uniquement basés sur les systèmes de mesure de la qualité de l'air. En plus de son outil de modélisation photochimique dynamique (DYMOS) ou de son outil photochimique dynamique multicouche (REGOZON) et de plusieurs autres outils utilisés pour contrôler et modéliser la qualité de l'air, il faut citer l'outil POM, qui fournit une analyse en 3D de la qualité de l'eau et des flux côtiers, l'outil MODFLOW qui permet d'analyser en 3D l'écoulement des eaux souterraines, ainsi que l'outil MTD-3 qui s'attache à la qualité des nappes phréatiques. En outre, ECOSIM permet une analyse aussi bien qualitative que quantitative de l'environnement, dans différents domaines de l'environnement, tout en fournissant des interrelations dynamiques entre chaque domaine. Cela permet de relier les données des domaines particuliers à des sources de données plus larges, pour générer des modèles plus complets. Actuellement, le projet ECOSIM dispose de trois sites de validation, Athènes, Berlin et Gdansk, même s'il accueille également des participants du Royaume-Uni, d'Autriche et d'Italie. Les données complètes générées par ECOSIM devraient permettre de créer de meilleurs systèmes de gestion de l'environnement urbain et, finalement, de réduire le nombre de villes enveloppées d'un voile de pollution.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application