Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Réactions des carburants à biomasse fortement dans les conditions de gazéification induites par la combustion

Les chercheurs ont révélé que les fortes concentrations de métaux alcalins, CI et S dans la paille sont largement responsables de problèmes de fonctionnement de la biomasse. Ces problèmes sont des niveaux accrus de déformation des cendres des chaudières, la corrosion surchauffée induite par les dépôts et l’émission de SO2, HCI et d’aérosols depuis les cheminées.

Énergie

Essayant de comprendre et de prévenir des émissions potentielles de SO2 et la génération de cendres dans les chaudières à grille à combustible de paille provoquées par les combustibles à biomasse alcaline, les scientifiques ont développé le processus HIAL. Ce processus a donné lieu à un mécanisme de réaction pour tester la réaction de ces combustibles durant leur combustion dans des conditions de gazéification. Ce mécanisme de réaction a été accompagné de simulations numériques de combustion homogène, de réacteurs activés et des flammes plates laminaires dans le but d’examiner la chimie de la combustion. Au centre de ce mécanisme de réaction, un sous-mécanisme associé à la chimie C/H/O a été actualisé et testé à l’aide de données et méthodes scientifiques hautement spécialisées. En outre, un deuxième sous-mécanisme a été développé afin de décrire la dégradation du chlorure de potassium et ses produits de réaction dans les systèmes de combustion. Un total de 97 types de paille de divers pays européens et 521 réactions réversible ont été mis en oeuvre dans ces expériences afin de décrire la combustion des produits types de la pyrolyse de la paille. L’importance de la recherche actuelle pour les scientifiques est de répandre l'idée selon laquelle les mécanismes de réaction aideront à mieux comprendre la chimie des alcalis. Ceci permettra de développer des mesures primaires en matière de chaudières à grille afin de faire baisser les émissions de SO2 au-dessous de 200mg/Nm³ sans avoir besoin d’installer d’unités de désulfurisation des fumées (FGD). Une modification appropriée des paramètres opérationnels, en vue de capturer le SO2 au fond et dans les poussières, permet d’éliminer les attaques de corrosion induites par les combustibles, ce qui rend le fonctionnement plus fiable et augmente la teneur en paille dans les processus de co-combustion.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application