Skip to main content

NANOBIOTECHNOLOGY WITH SELF-ORGANISING STRUCTURES

Article Category

Article available in the folowing languages:

Auto-organisation sur une puce

Un projet financé par l''UE a permis de mettre au point une biopuce à haut débit capable d''agiter les liquides et de s''organiser en nanofil et en puce à haute densité.

Technologies industrielles

Les essais à haut débit constituent sans aucun doute la voie à suivre pour la conception adaptée de médicaments et les thérapies à l''échelle nanométrique. Le cœur d''un nouveau système est une plateforme sur puce et l''analyse ultérieure qui repose sur la force de l''interaction entre un ligand et son récepteur. Les applications incluent les essais de biomarqueurs ainsi que le criblage de têtes de séries (lead). Armé de nouvelles technologies pour la conception de biopuces, le projet NABIS («Nanobiotechnology with self-organising structures») financé par l''UE combinait diverses nanotechniques de pointes en vue de mettre au point un système de biopuces optimisées. En utilisant diverses techniques devenues possibles grâce au nano-environnement et à ses propriétés, les scientifiques du projet avaient pour objectif d''augmenter le débit de ligands et d''améliorer la cinétique en vue d''accroître la sensibilité, mais aussi la vitesse. Le point crucial de la conception des biopuces provenait peut-être de l''auto-organisation des liquides en un format prévisible. Des systèmes à puces à ADN (statiques) et microfluidiques (dynamiques) ont été utilisés et une combinaison des deux formats pourrait permettre d''éviter les blocages et la réduction de vitesse qui en résulte dans les essais automatiques à haut débit. En outre, il est possible d''assurer l''efficacité de l''agitation fluidique des nano-gouttelettes grâce à la manipulation des ondes acoustiques à la surface de la puce. Pour la mise au point des puces à haute densité, les scientifiques de NABIS ont contrôlé l''expansion de surface dans les nano-domaines, de petits ensembles d''atomes à l''échelle nanométrique. Les polymères à auto-assemblage sur la surface élargie des nanopoints forment des puces à haute densité. Les nanopoints forment également la base des points d''ancrage où les nanoparticules se transforment en bio-nanofils lorsqu''elles sont soumises à un champ magnétique. Un système de détection nano-électro-chimique se connecterait avec les essais biologiques sur le format de la puce. Une biopuce optimisée utilisant les meilleures techniques nanotechnologiques impliquerait des diagnostics encore plus rapides pour le criblage et la découverte des médicaments, la surveillance environnementale et la médecine personnalisée.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application