Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les technologies avancées et la compétitivité de l'industrie européenne

L'Institut de prospective technologique (IPT), qui fait partie du Centre Commun de Recherche (CCR) de la Commission européenne, vient de publier un rapport intitulé "Advanced Technology and the Competitiveness of European Industry: The cases of textiles, steel, motor vehicles ...

L'Institut de prospective technologique (IPT), qui fait partie du Centre Commun de Recherche (CCR) de la Commission européenne, vient de publier un rapport intitulé "Advanced Technology and the Competitiveness of European Industry: The cases of textiles, steel, motor vehicles and aerospace" (Les technologies avancées et la compétitivité de l'industrie européenne: les cas du textile, de l'acier, des véhicules automobiles et de l'aéronautique). Le rapport a été élaboré à l'intention du Comité chargé des affaires économiques et monétaires et de la politique industrielle du Parlement européen. L'objectif fondamental de ce rapport est d'amorcer un débat informé sur la compétitivité de l'industrie européenne dans quatre secteurs, à savoir: - les textiles: avec l'habillement, le cuir et la chaussure - l'acier - les véhicules automobiles - l'aéronautique. Il offre un panorama concis de chacun de ces secteurs, et met en lumière les enjeux concurrentiels auxquels ils sont confrontés. Au nombre de ces enjeux, figurent pour l'industrie du textile par exemple, les capacités de travail à faible coût et de croissance des fabricants de la région asiatique, et dans le cas de l'acier, les coûts modérés de la production dans les pays de l'Europe orientale. Le rapport offre également une interprétation de l'impact des technologies et des compétences sur la compétitivité européenne, et dresse une liste succincte de propositions en matière de politique. Dans son ensemble, le rapport met en évidence les tendances générales notées dans la position concurrentielle émergente de l'industrie européenne et les reprend dans sa conclusion. On peut citer, à cet effet, une demande faible à modérée sur les marchés de l'Union européenne, un renforcement des pressions exercées par les producteurs de marchandises à faible coût en Asie et une utilisation accrue des technologies permettant de réaliser des économies de main-d'oeuvre.