Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Relations entre l'entreprise et l'université: développement de la coopération en vue de la compétitivité

Une grande conférence intitulée "Industry/Academic Links: Innovative partnerships for competitiveness" avait été organisée à Coventry, au Royaume-Uni, les 14 et 15 mai 1998, par le Centre relais Innovation de la région des Midlands, avec le concours de la Présidence britanniqu...

Une grande conférence intitulée "Industry/Academic Links: Innovative partnerships for competitiveness" avait été organisée à Coventry, au Royaume-Uni, les 14 et 15 mai 1998, par le Centre relais Innovation de la région des Midlands, avec le concours de la Présidence britannique. Encourager les entreprises et les universités à nouer des liens de coopération plus efficaces, notamment en mettant en évidence des exemples de partenariats réussis dans plusieurs pays d'Europe, est l'une des solutions clés - issues du plan d'action élaboré par la Commission sur l'innovation - afin de réduire le "Déficit européen en matière d'innovation". Ce déficit est dû au fait que les résultats de recherche émanant des scientifiques et des chercheurs européens ne sont pas convertis en produits viables sur le plan commercial. Cette manifestation de haut niveau a réuni certains des plus importants responsables de politique, enseignants universitaires et chefs d'entreprises d'Europe. Les communications concernant la collaboration réussie entre les deux secteurs concernés, dans tous les pays d'Europe, et illustrées par des études de cas concrets et d'ateliers de travail, visaient à stimuler l'échange des bonnes pratiques. Au nombre des sujets débattus dans le cadre des ateliers de travail, on peut citer: la création d'entreprises à base technologique et les entreprises d'essaimage; la collaboration axée sur un projet; les politiques en matière de droits de propriété intellectuelle, ainsi que le rôle des réseaux et des agences publiques. D'autres séminaires avaient centré leurs discussions sur des études de cas concrets dans différents pays ou dans divers domaines technologiques. La conférence a été inaugurée par le ministre britannique des Sciences, de l'Energie et de l'Industrie, M. John Battle, qui a souligné l'importance de "bonnes relations de coopération entre le monde universitaire et les milieux industriels" si "la qualité élevée de la recherche menée par nos universités en Europe doit être égale à notre aptitude à offrir des équipements, des procédés et des services de haute technologie susceptibles de devenir de véritables gagnants sur les marchés mondiaux". M. Battle a cité le programme "Foresight" comme étant l'un des plus importants exemples de bonne pratique au Royaume-Uni. L'objectif de ce programme est de permettre aux chercheurs britanniques d'identifier des domaines dans lesquels une évolution technologique pourrait avoir un impact optimal en ce qui concerne l'amélioration de la compétitivité de l'industrie au Royaume-Uni. Selon le ministre, M. Battle, l'un des avantages fondamentaux découlant de l'initiative "Foresight" a été la suivante: "Au Royaume-Uni, nous nous sommes toujours efforcés de jeter des passerelles entre les secteurs public et privé, et entre le monde universitaire et les milieux industriels". En raison de la participation des chefs d'entreprise, l'initiative "Foresight" a largement dépassé la dimension d'"un exercice purement théorique", en ce sens qu'elle est un "vecteur dynamique et stimulant pour de nouvelles idées, de nouvelles relations, de nouveaux travaux de recherche et de nouveaux produits". Mme Edith Cresson, Membre de la Commission européenne responsable de la science, la recherche, et l'innovation a également prononcé une allocution au cours de cette conférence, au cours de laquelle elle a énoncé les efforts déployés par l'Union européenne dans le but de réduire le déficit en matière d'innovation en Europe, et d'accroître la compétitivité de l'Europe en général. Même si des mesures sont nécessaires à tous les niveaux - régional, national et communautaire - et qu'il faut faire intervenir les entreprises, les universités et les milieux financiers, l'Union européenne va tenter de solutionner un certain nombre de ces problèmes par le biais de son Plan d'action sur l'innovation et le cinquième programme-cadre de RDT actuellement en préparation, ainsi que par plusieurs autres initiatives. Au mois de décembre 1997, Mme Cresson avait lancé une importante initiative sous la forme d'un exercice de consultation approfondie destiné à définir des moyens pour encourager et soutenir la création de nouvelles entreprises de haute technologie. Les entreprises à base technologique et les entreprises créées par essaimage sont des exemples typiques des nouvelles industries de haute technologique que la Commission entend soutenir dans le cadre de son initiative. Une autre série d'activités, bénéficiant du soutien financier de la Commission, vise à élargir les sources de capital risque qui sont disponibles pour les entreprises de haute technologie en phase de démarrage ou souhaitant assurer leur expansion. Les initiatives I-TEC, et Croissance et Emploi, ainsi que l'action "European Technology Facility" ont toutes été lancées au cours de l'année écoulée. Ces initiatives, qui nécessitent uniquement 380 millions d'ECU de fonds communautaires environ au cours des prochaines années, vont permettre de drainer des investissements en capital risque jusqu'à concurrence de 2 milliards d'ECU dans les activités orientées sur l'innovation.