Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Des tests imprimables contre la grippe

Des chercheurs ont conçu des transistors plastiques imprimables capables d'identifier le type de maladie dont souffre une personne.

Des maisons au chocolat, en passant par les robots et les robes de bal, il semble que les possibilités de l'impression tridimensionnelle sont illimitées. Néanmoins, ce n'est pas encore le moment de jeter votre imprimante à jet d'encre, elle pourra peut-être vous aider à diagnostiquer votre maladie. Des chercheurs à l'institution catalane de recherche et d'études avancées (ICREA) et l'institut Leibniz de recherche sur les états solides et les matériaux de Dresde ont conçu des transistors plastiques imprimables qui peuvent détecter les pathogènes dans le sang ou la salive. À l'avenir, ils seraient en mesure d'identifier le type de maladie dont souffre une personne. Le transistor reconnaît les biomarqueurs protéiques des maladies communes, et se met en marche uniquement lorsqu'une maladie est détectée. La revue New Scientist a rapporté que le transistor peut être imprimé grâce à une imprimante à jet d'encre en utilisant une encre spéciale intégrée dans un anticorps appelé l'immunoglobuline humaine G: «Cet anticorps s'attache aux antigènes de nombreux virus, bactéries et champignons courants. Lorsqu'une protéine d'une maladie s'attache à un anticorps, elle change les propriétés électriques du transistor, altérant ainsi le voltage auquel il se déclenche.» L'équipe expliquait à New Scientist qu'ultérieurement les docteurs pourraient imprimer une feuille du transistor, chacune équipée d'un antigène de maladie différent, et procéder au diagnostic de leurs patients pratiquement instantanément. Un aspect important de la recherche, comme l'expliquait l'Institut catalan de nanoscience et de nanotechnologie (ICN), est que les scientifiques exploraient une solution de remplacement intéressante aux TFT inorganiques (silicium) à des TFT organiques (OTFT). Ces derniers offrent la possibilité de production de masse en utilisant la technologie d'impression traditionnelle et de travailler avec des matériaux à faibles coûts. Tony Turner, responsable du centre de biocapteurs et de bioélectronique à l'université Linköping en Suède expliquait au New Scientist qu'il était impressionné par la validation de concept mais a tout de même soulevé les obstacles potentiels. «Il associe la sophistication de biocapteurs électrochimiques avancés avec une simple technique de fabrication», explique-t-il. «L'interférence provoquée par les changements de pH dans des échantillons réels pourrait constituer un problème pour eux, mais dans l'ensemble, le diagnostic mobile pour les soins de santé, la sécurité alimentaire et le suivi environnemental exige de nouvelles générations de systèmes de détection abordables.» L'ICN a également fait remarquer qu'il reste encore de nombreux problèmes inhérents, notamment en ce qui concerne la stabilité à long terme et le manque de fiabilité. Pour plus d'informations, veuillez consulter: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/adfm.201401180/abstract

Pays

Allemagne, Espagne

Articles connexes