Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: la détection du cancer de la prostate par des chiens

Des chercheurs en Italie ont publié une étude démontrant que des chiens spécialement dressés peuvent détecter des substances chimiques associées au cancer de la prostate dans des échantillons d'urines.

La nouvelle étude, réalisée notamment par des chercheurs de l'Humanitas Reseach Hospital à Milan, impliquait un dressage rigoureux de bergers allemands spécialisés dans la détection d'explosifs pour identifier «des composés organiques volatils spécifiques du cancer de la prostate» dans des échantillons d'urines. Les capacités d'identification des chiens ont été testées sur des échantillons de plus de 900 hommes, dont 362 étaient atteints du cancer de la prostate et 540 étaient des sujets de contrôle sains. Les chercheurs travaillaient en collaboration avec l'hôpital universitaire italien Humanitas et le centre vétérinaire du ministère italien de la défense. Un article publié dans Medscape détaille la procédure de test: «Le chien accompagné d'un maître-chien a reniflé une série de bols recouverts d'un filet disposés en cercle. Après avoir fait le tour du cercle à deux reprises, le chien s'est arrêté devant les bols contenant des échantillons d'urines de patients atteints du cancer de la prostate.» L'étude, publiée dans la revue Journal of Urology, montre que les chiens présentaient une précision de diagnostic de 97 % en termes de sensibilité et de spécificité. En fait, le premier chien a obtenu 100 % de sensibilité et 98,7 % de spécificité. Le second chien a, quant à lui, obtenu un score de 98,6 % en sensibilité et 97,6 % en spécificité. Les deux chiens étaient spécialisés dans la détection d'explosifs. Les chiens étaient capables de détecter les échantillons d'urines de personnes atteintes du cancer de la prostate à un stade avancé tout comme des formes bégnines, explique le Dr. Gianluigi Taverna dans Medscape: «Les chiens ont une capacité de détection de la qualité, et non de la quantité.» Les résultats ont poussé l'équipe de recherche à conclure que «le système olfactif d'un chien spécialement dressé peut détecter les composés organiques volatils spécifiques du cancer de la prostate dans les échantillons d'urines avec une sensibilité et une spécificité très élevées». Les chercheurs ont toutefois consenti que d'autres études sont nécessaires pour examiner en profondeur la valeur prédictive potentielle de cette procédure pour l'identification du cancer de la prostate. Dans un entretien de Claire Guest de l'organisme Medical Detection Dogs au Guardian, on peut lire que les résultats de cette nouvelle étude étaient «spectaculaires». Elle ajoute: «Les résultats prouvent que les chiens sont en mesure de détecter des traces de cancer chez l'homme. Ce taux de réussite particulièrement élevé de détection du cancer de la prostate est très intéressant, car les tests de diagnostic ne sont pas suffisamment fiables.» Le Dr Taverna considère ces résultats comme une «véritable opportunité clinique». On espère que ces résultats engendreront la possibilité que des chiens spécialement dressés fournissent une méthode de dépistage non invasive du cancer. Pour plus d'informations, consulter: http://www.jurology.com/article/S0022-5347%2814%2904573-X/abstract

Pays

Italie