Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Des prothèses imprimées en 3D ont sauvé la vie de trois jeunes enfants

Des attelles trachéales imprimées en 3D biodégradables développées par une technique de frittage laser ont permis de sauver les vies de trois nourrissons souffrant de trachéobronchomalacie.

La trachéobronchomalacie (TBM) est une maladie rare caractérisée par une flacidité excessive de la paroi membraneuse de la trachée entraînant une réduction d'une portion ou de l'ensemble des voies aériennes lors de l'expiration. Elle peut provoquer d'autres effets secondaires comme l'incapacité de s'alimenter, une insuffisance respiratoire ou même un arrêt cardiaque. Pour sauver trois jeunes enfants atteints de la TBM aux États-Unis, des chercheurs ont réussi à développer et à implanter des attelles trachéales imprimées en 3D pour maintenir l'ouverture des voies aériennes et éviter les effets secondaires néfastes. Le premier cas a eu lieu en 2012 mais la procédure vient seulement d'être publiée dans une étude parue dans la revue Science Translational Medicine la semaine dernière. Selon MIT Technology Review, les trois jeunes garçons étaient au seuil de la mort avant l'intervention. Ils étaient tous trois placés sous oxygénation et la procédure était considérée comme «l'opération de la dernière chance». Elle a été effectuée par des médecins de l'université du Michigan. Les chercheurs ont d'abord réalisé des scanners des trois petits garçons pour déterminer la forme et la taille précise de la trachée. Selon la revue Science, les images ont été intégrées à un modèle informatique pour concevoir des attelles de plastique en forme de tube creux. Ensuite, les attelles ont été fabriquées en utilisant une technique d'impression 3D de frittage laser selon laquelle le laser fond des particules de plastique en poudre couche par couche pour construire une structure tridimensionnelle de bas en haut. Selon Science, «les attelles ont été conçues pour permettre la flexion et par là, le mouvement des voies aériennes, mais également l'extension, pour garantir la croissance normale de l'enfant. Elles sont constituées de polycaprolactone, un polymère qui se biodégrade naturellement sur 3 ou 4 ans après une exposition aux fluides corporels.» Les attelles ont été implantées autour de la trachée endommagée pour maintenir l'ouverture des voies aériennes, permettant aux trois jeunes garçons de se passer du ventilateur mécanique et même de quitter les soins intensifs quelques jours après l'implantation. On peut lire dans le résumé de l'étude qu'au moment de la publication, les jeunes garçons ne présentaient plus aucun symptôme de maladie respiratoire et ont «démontré une résolution des complications pulmonaires et extrapulmonaires de leur TBM». Dans quelques années, les attelles trachéales se résorberont d'elles-mêmes, permettant ainsi aux bambins de vivre une vie parfaitement normale. Selon les auteurs de l'étude, le processus a de vastes applications pour la fabrication médicale de dispositifs en 3D spécifiques aux patients qui s'ajustent à la croissance de tissus par des propriétés mécaniques et de dégradation progressive. Pour plus d'informations, veuillez consulter: http://stm.sciencemag.org/content/7/285/285ra64

Pays

États-Unis

Articles connexes