Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une recherche de l'UE sur les cellules souches ouvre la voie à de nouveaux traitements contre le diabète

Un projet financé par l'UE qui a utilisé des cellules souches pour restaurer la production de l'insuline pourrait révolutionner le traitement des patients atteints de diabète.

Le diabète de type 1 est une maladie chronique de déficience de la production d'insuline qui est déclenchée par la destruction massive des cellules bêta, les cellules pancréatiques qui produisent normalement l'insuline. Ce type de diabète peut être diagnostiqué à tous les âges mais est plus fréquent quand le déclenchement clinique apparaît avant l'âge de 40 ans. Alors que l'administration de l'insuline peut parfois suffire, la reproduction du contrôle hormonal de la masse normale des cellules bêta, pour éviter le risque de complications, est assez difficile à assurer. Le programme BETACELLTHERAPY développe et met en place de nouvelles thérapies pour restaurer une masse de cellules bêta fonctionnelles chez les patients atteints de la maladie. Cela implique de trouver des méthodes visant à remplacer les cellules bêta détruites et protéger les cellules bêta existantes contre la maladie. Le programme a été soutenu par un projet financé par l'UE du 7e PC jusqu'en juin 2015. «Des progrès significatifs ont été réalisés pour un remplacement des cellules bêta chez les patients diabétiques», commente le coordinateur du projet Daniel Pipeleers de l'Université Libre de Bruxelles (ULB), en Belgique. «Pendant la dernière extension de six mois du projet, nous avons réalisé des évaluations précliniques, des comparaisons avec des produits de thérapie cellulaire encapsulés et avons utilisé des préparations de cellules bêta pancréatiques humaines comme référence.» Le projet s'est appuyé sur des méthodes biologiques pour le remplacement de cellules bêta, d'abord des modèles précliniques et ensuite sur des patients. La méthode pour développer des implants de cellules bêta thérapeutiques a tenté de développer des sources à grande échelle pour des greffes biologiquement définies et a résolu la pénurie actuelle en greffes de cellules bêta métaboliquement adéquates préparées à partir d'organes de donneurs humains. Les cellules souches pluripotentes humaines, des cellules biologiques non différenciées qui peuvent se développer en cellules spécialisées, ont été utilisées pour générer des précurseurs pancréatiques qui peuvent se différencier en cellules productrices d'insuline, suite à leur transplantation dans des modèles animaux. Des cellules souches embryonnaires humaines ont généré des cellules précliniquement validées comme produits de thérapie cellulaire pour un développement clinique et des essais cliniques. Des études parallèles ont défini les marqueurs pour l'innocuité et l'efficacité et ont examiné les moyens de réduire la réactivité inflammatoire et immunitaire des bénéficiaires. Plusieurs étapes préparatoires ont été entreprises pour soumettre un protocole d'essai clinique pour la transplantation de cellules progénitrices dérivées de cellules souches embryonnaires humaines encapsulées. Le consortium BETACELLTHERAPY espère poursuivre le développement de produits de thérapie cellulaire et de protocoles pour le remplacement des cellules bêta dans le diabète par des collaborations supplémentaires avec les départements de recherche et cliniques des partenaires industriels. «Notre consortium comprenait des centres de référence cliniques ainsi que des unités de diabétologie clinique où de nouvelles formes de diagnostic et de traitement sont préparées, évaluées et mises en application», commente Pipeleers. «Les résultats sont déjà bénéfiques pour les patients atteints du diabète de type 1, mais la durée et l'ampleur de la mise en application doit être renforcée.» Ensemble, les résultats réussis de l'étude BETACELLTHERAPY représentent une progression considérable dans le développement de nouvelles approches innovantes pour le traitement du diabète. Ils ont le potentiel d'améliorer la qualité de vie des patients et de renforcer les connaissances scientifiques sur la manière dont les maladies chroniques peuvent être traitées de manière moins invasive. «Nos rapports annuels ont reçu des résultats positifs de la part du comité consultatif scientifique du projet avec une note générale d'excellence», ajoute Pipeleers. Pour plus d'informations, veuillez consulter: Site web du projet BETACELLTHERAPY

Pays

Belgique

Articles connexes