Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Un prix Nobel décerné pour des travaux sur les rythmes circadiens

Le Prix Nobel 2017 de Physiologie ou Médecine a été décerné à trois scientifiques pour leurs découvertes sur les mécanismes moléculaires qui règlent les rythmes circadiens.

Les travaux récompensés ont été menés par trois scientifiques américains: Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young. Leur recherche a apporté des connaissances fondamentales sur «(…) la façon dont les plantes, les animaux et les êtres humains adaptent leur horloge biologique afin qu'elle se synchronise sur les rotations de la Terre.» Ce sujet est d'autant plus d'actualité que les facteurs susceptibles de dérégler l'horloge biologique de l'homme sont de plus en plus nombreux, du travail posté jusqu'au décalage horaire. Ce domaine de recherche comprend de nombreuses disciplines en plein essor, comme l' édition génétique CRISPR, qui peut aider à créer des cultures résistantes aux changements climatiques et à trouver des moyens innovants de supprimer les gènes responsables de pathologies invalidantes, ou l' immuno-oncolologie, qui évite aux personnes atteintes d'un cancer d'avoir à subir des rayons ou une chimiothérapie en stimulant l'action de leur système immunitaire. L' Académie Nobel de l'Institut Karolinska explique son choix: «L'horloge biologique est impliquée dans de nombreux aspects de notre physiologie complexe. Nous savons désormais que tous les organismes multicellulaires, notamment les êtres humains, utilisent des mécanismes similaires pour contrôler les rythmes circadiens. Un grand nombre de nos gènes sont régulés par l'horloge biologique et, de ce fait, un rythme circadien soigneusement calibré adapte notre physiologie aux différentes phases de la journée. Depuis les découvertes fondamentales des trois lauréats du prix, la biologie circadienne s'est imposée comme un vaste domaine de recherche extrêmement dynamique qui a de nombreuses implications au niveau de la santé et du bien-être.» Les travaux qui ont conduit au prix S'appuyant sur la drosophile pour effectuer leurs recherches, les trois scientifiques ont ainsi isolé le gène qui contrôle notre rythme biologique quotidien. Ils ont déterminé qu'une protéine est codée par ce gène et qu'elle s'accumule pendant la nuit et s'élimine durant la journée. Examinant le mécanisme plus en détail, ils ont découvert d'autres composants protéiniques et établi une image claire de la façon dont le mécanisme d'horloge biologique est contrôlé au niveau cellulaire. Des organismes unicellulaires aux grands singes, l'horloge biologique régule des fonctions essentielles telles que les niveaux d'hormones, le sommeil, le comportement, le métabolisme et d'autres éléments qui restent encore à découvrir. Comme l'indique le magazine technologique en ligne Wired, l'impact des rythmes circadiens sur le sommeil présente un grand intérêt pour les secteurs pharmaceutique et informatique. Les biohackers de demain pourraient aider à corriger les schémas de sommeil dysfonctionnels, et les enjeux sont élevés puisque des études révèlent que les couche-tard sont plus sujets à l'obésité, et qu'un lien a, en outre, été établi entre obésité et sommeil. Le prix de Physiologie ou Médecine attribué cette année distingue les travaux révolutionnaires de trois scientifiques sur lesquels ne manqueront pas de s'appuyer les découvertes de demain.

Pays

États-Unis