Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: S’agit-il de la première grande victime du changement climatique?

Un petit rat brun d’Australie est la première espèce de mammifère à s’éteindre à cause du changement climatique.

Recherche fondamentale

Le lundi 18 février, le gouvernement australien a confirmé ce que n’importe qui dans le Queensland savait depuis quelques années déjà. Un rongeur du nord de l’Australie a été déclaré premier mammifère disparu à cause du changement climatique anthropique. Les scientifiques australiens n’ont découvert aucune trace de l’animal. Le Melomys de Bramble Cay vivait uniquement sur cette petite île située sur la Grande barrière de corail. Il n’avait pas été observé depuis 2009. Plusieurs centaines d’individus vivaient ici dans les années 70. En 1992, le gouvernement de l’État du Queensland a classé l’espèce en danger suite à une brusque chute du nombre d’individus dans sa population. Adieu petit rat brun, nous nous connaissions à peine «Le Melomys de Bramble Cay était un petit rat brun» déclarait Tim Beshara, un porte-parole du groupe de défense The Wilderness Society à la «BBC». «Mais c’était notre petit rat brun et c’était notre responsabilité de garantir sa survie. Et nous avons échoué». La confirmation suit la même conclusion que l’État du Queensland en 2016 dans un rapport publié par l’Université du Queensland. Il détaille les tentatives infructueuses de retrouver le rongeur. Les chercheurs affirment qu’une enquête menée grâce à «900 pièges nocturnes pour petits mammifères, 60 pièges nocturnes avec caméra et deux heures de recherches actives de jour n’ont enregistré aucune trace de l’espèce, confirmant que la seule population connue de ce rongeur est désormais éteinte». Le rapport du gouvernement de l’État attribue cette extinction à la montée des eaux océaniques qui a détruit l’habitat du rat. «Le principal facteur responsable de la disparition de cette population a presque certainement été l’inondation océanique de la caye de basse altitude, très probablement à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, entraînant une perte dramatique d’habitat et peut-être une mortalité directe d’individus». Le pire ennemi des animaux Et qui est responsable de l’augmentation des inondations sur l’île? Nous, bien sûr. «Les informations disponibles sur l’élévation du niveau de la mer et l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques produisant des niveaux d’eau extrêmement élevés et des ondes de tempête dommageables dans la région du détroit de Torres au cours de cette période indiquent que le changement climatique causé par l’homme est à l’origine de la disparition du Melomys de Bramble Cay». Le rapport ajoute: «Concrètement, il s’agit probablement de la première extinction enregistrée chez les mammifères imputable au changement climatique anthropique». La sénatrice du parti des Verts, Janet Rice, qui préside une enquête du Sénat sur la crise d’extinction dans le pays, n’a pas hésité sur Twitter: «L’extinction du Melomys de Bramble Cay est une tragédie absolue». Un autre tweet suivant rapidement: «Premier mammifère au monde dont l’espèce s’éteint à cause du changement climatique et cela s’est produit sous les yeux de ce gouvernement. Une immense tragédie. Le plan de sauvegarde n’a pas été mis en œuvre ni révisé et le gouvernement Morrison a fermé les yeux». D’autres espèces dans le monde vont disparaître si les températures continuent d’augmenter. Ce n’est pas de bon augure, en particulier pour l’Australie, qui abrite un grand nombre des espèces parmi les plus menacées au monde. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, le pays présente également le taux d’extinction animale le plus élevé au monde.

Pays

Australie