CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2022-12-02

Article available in the following languages:

Un gène d'origine végétale tue les cellules cancéreuses

Le matériel génétique d'une plante a été transféré dans un virus, lui permettant de tuer des cellules cancéreuses. C'est ce qui a été constaté lors de travaux de recherche financés au cours des sept dernières années par les programmes de recherche et développement technologiqu...

Le matériel génétique d'une plante a été transféré dans un virus, lui permettant de tuer des cellules cancéreuses. C'est ce qui a été constaté lors de travaux de recherche financés au cours des sept dernières années par les programmes de recherche et développement technologique (RDT) de l'Union européenne. Le cassava est l'une des nombreuses plantes présentant la cyanogenèse - fabrication de cyanure empêchant les animaux de paître. La plante la réalise en produisant une substance chimique appelée linamarin qui dégage de l'acide cyanhydrique lorsqu'elle est décomposée par le linamarase, une enzyme également produite par la plante. Lors du transfert du matériel génétique du cassava vers le virus et de son introduction dans des cellules cancéreuses imprégnées de linamarin, extrait du cassava, des quantités mortelles d'acide cyanhydrique peuvent être libérées dans les cellules cibles. La technique provient des travaux du professeur Monica Hughes, généticienne à l'université de Newcastle, dont l'étude du cassava lui a permis de cloner certains gènes responsables de la cyanogénèse. Son objectif est de réduire la toxicité de la plante, une culture de base pour 500 millions de personnes en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Des milliers de personnes sont devenues infirmes par empoisonnement chronique au cyanure en raison de la transformation inappropriée de la plante. Vu que le cassava est rarement cultivé ou consommé dans les pays développés, il est considéré comme une culture orpheline et fait l'objet de peu de recherche génétique. Un groupe commun de recherche à Madrid a modifié un gène du cassava isolé à Newcastle, et l'a transféré dans un rétrovirus, lui donnant la capacité de fabriquer du linamarase. L'équipe de Madrid a pu éradiquer une tumeur cérébrale d'un rat après une semaine de traitement, en lui administrant localement et en permanence des petites doses de cyanure provenant de la décomposition du linamarin par le linamarase. L'équipe a remarqué que le traitement gagnait en efficacité par un effet secondaire important - la libération de cyanure dans une cellule avait tendance à détruire les cellules voisines. Des tests sur des échantillons de tissu humain présentaient également des signes prometteurs pour certains types de tumeurs. Les programmes communautaires de RDT ont permis de financer les travaux de recherche réalisés par le professeur Hughes au cours des sept dernières années. Cette source de financement est à présent arrivée à son terme et des moyens financiers supplémentaires sont requis afin de poursuivre le développement du projet. "Mes efforts suivants porteront sur la modification du matériel génétique afin d'augmenter l'efficacité du traitement lorsqu'il est appliqué aux cellules mammaliennes. Je pense qu'il serait possible, par exemple, d'obtenir un rendement plus élévé du linamarase," a déclaré professeur Hughes.

Articles connexes