Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Conférence "European Business": l'Europe et l'innovation

Il n'est plus temps de se demander si l'innovation peut ou non apporter quelque chose à l'Europe. En cette matière, la question est maintenant de savoir ce qu'il faut faire et comment. Le prochain sommet "European Business", qui aura lieu à Bruxelles du 9 au 11 juin, s'efforce...

Il n'est plus temps de se demander si l'innovation peut ou non apporter quelque chose à l'Europe. En cette matière, la question est maintenant de savoir ce qu'il faut faire et comment. Le prochain sommet "European Business", qui aura lieu à Bruxelles du 9 au 11 juin, s'efforcera de répondre à cette question. Outre des personnalités importantes, la conférence accueillera 1 500 décideurs des milieux économiques et politiques qui rechercheront une approche consensuelle de l'innovation capable de faire avancer l'Europe. Elle étudiera, notamment, comment améliorer la coopération entre le monde des affaires et celui de la politique. Les pratiques commerciales ne seront pas les seules à être influencées par l'innovation: les gouvernements et les décideurs politiques doivent donc être impliqués dans l'orientation à donner au processus. Ce qui veut dire qu'il faut réfléchir aux meilleurs choix possibles et identifier les défis les plus importants lancés par le nouvel environnement économique. L'objectif de la conférence peut être illustré par les remarques du Président de la Commission européenne, M. Romano Prodi, à propos du développement futur de l'Europe: "Pour avoir un réel impact sur le problème du chômage et sur l'avenir des futures générations, les politiques macroéconomiques doivent être soutenues par une série de mesures microéconomiques tout aussi prévoyantes, a-t-il déclaré. Cette série de mesures doit avant tout inclure un effort supplémentaire spécifique de formation de tous les types de ressources humains, d'augmentation des investissements dans la recherche et le développement et le développement d'une société de l'information". La conférence comprendra deux sessions plénières et 12 ateliers. Plusieurs personnalités du monde des affaires figurent sur la liste des orateurs, tels que Steve Ballmer, PDG de Microsoft, et Georges Jacobs, président de l'UNICE, le syndicat international des employeurs. La Commission européenne attache une grande importance à cette manifestation. Ces trois journées de conférence verront des interventions de M. Erkki Liikanen, Commissaire aux Entreprises et à la Société de l'information, d'au moins sept autres Commissaires européens, et du Président de la Commission, M. Romano Prodi. Le Premier ministre belge, M. Guy Verhofstadt, est également attendu. En vue de cette manifestation, l'UNICE a publié un rapport indiquant que l'Europe souffre d'un "déficit d'innovation" - précisément le genre de sujets à l'ordre du jour de la conférence. L'Europe est en retard sur les États-Unis et le Japon en matière de création de nouveaux produits et de commercialisation de ceux-ci. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'UNICE, qui représente plus de 16 millions d'entreprises européennes, s'intéresse tout particulièrement au programme de la conférence (qui est organisée par la Fédération des Industries de Belgique, sous les auspices de l'UNICE). Un des thèmes majeurs concernera la direction que l'Europe prendra suite au sommet de Lisbonne. La tenue de cette nouvelle conférence, à laquelle assisteront des personnalités leaders dans leur propre domaine, rassemblées en un même lieu très peu de temps après le sommet de Lisbonne, prouve que les responsables sont conscients du "perpétuel devenir" de l'innovation. Si Lisbonne, comme beaucoup l'ont souligné, a donné l'impulsion et mis l'innovation à l'ordre du jour, c'est maintenant au sommet du "European business" de concrétiser ces bonnes intentions. En fait, le message délivré par les décideurs participant au sommet est le suivant: "European Business" ne vise pas tant à offrir l'opportunité de faire avancer l'innovation en Europe, il en souligne la nécessité. Le Président de l'UNICE, M. Georges Jacobs, a déjà déclaré que le retard de l'UE pourrait encore s'accentuer, comme le rapport de l'UNICE le signale, si les gouvernements et les entreprises ne prennent pas rapidement des mesures pour promouvoir l'innovation en Europe. De telles mesures devraient inclure l'accroissement de l'aide aux start-up, la réduction des formalités administratives imposées aux entrepreneurs et la création et le maintien d'un cadre réglementaire facilitant les tâches. Le domaine du financement nécessite également des remaniements, car l'accès au financement approprié d'un projet innovant au moment adéquat peut être difficile à assurer. Les droits de propriété intellectuelle (et la façon d'harmoniser les positions européennes à ce sujet), l'élaboration d'un système adéquat d'analyse comparative et la réduction des coûts de développement comptent parmi les questions qui doivent être abordées à la conférence. Ce sont les avancées dans ces domaines qui, en fin de compte, sont les plus attendues.