CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Exploring the Future of Global Food and Nutrition Security

Informations projet

N° de convention de subvention: 290693

État

Projet clôturé

  • Date de début

    1 Mars 2012

  • Date de fin

    28 Février 2017

Financé au titre de:

FP7-SSH

  • Budget total:

    € 10 359 846,63

  • Contribution de l’UE

    € 7 998 000

Coordonné par:

STICHTING WAGENINGEN RESEARCH

Français FR

De nouvelles recommandations pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde

En 2023, selon une récente enquête des Nations unies, la population mondiale devrait atteindre les 8 milliards d'individus. L'un des défis majeurs du XXIe siècle consistera à garantir une alimentation correcte à toutes ces personnes. Un projet financé par l'UE a fourni des efforts considérables pour apporter les solutions politiques à ce problème, soulignant la nécessité d'un système alimentaire robuste et stable à l'échelle mondiale, capable de répondre aux besoins de tous.

Changement climatique et Environnement
Société
© xuanhuongho, Shutterstock

La persistance et le développement de la faim et de l'insécurité alimentaire représentent l'un des principaux problèmes auxquels est confrontée l'humanité. Les prix des denrées alimentaires peuvent connaître des variations considérables, ce qui se répercute sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN). Le projet FOODSECURE, financé par l'UE, a cherché à résoudre ce problème, en veillant particulièrement à fournir des conseils concis aux décideurs de l'UE. Pour cela, l'équipe du projet FOODSECURE a collaboré avec des experts issus d'un large éventail de domaines politiques afin de les aider à développer leur vision de la SAN en Europe (et sur le plan mondial) d'ici 2050. Parmi ces domaines figuraient notamment l'aide au développement et l'aide humanitaire, l'industrie alimentaire, l'agriculture, le changement climatique, le commerce, la politique environnementale, l'innovation et les énergies renouvelables. «Dans l'ensemble, la persistance des inégalités dans le système alimentaire constitue le principal obstacle pour assurer une SAN durable sur le long terme», commentait le Dr Hans Van Meijl, coordinateur du projet FOODSECURE. «L'UE et ses partenaires internationaux doivent intensifier leurs efforts pour atteindre l'objectif 'zéro faim' [d'ici 2050]. Ils doivent mettre en œuvre des stratégies plus cohérentes, mieux évaluer l'impact de l'UE sur la durabilité environnementale, aborder le problème des contributions des donateurs et enfin, mettre en œuvre des partenariats de connaissances multipartites susceptibles d'exploiter toute l'expertise disponible.» L'équipe du projet a constaté que l'efficacité et la cohérence de l'aide de l'UE en matière de SAN sont fortement limitées par la multiplication des donneurs, la fragmentation de l'aide et le manque global de coordination. Elle a déterminé qu'en dépit d'un fort engagement politique et d'une volonté d'accroître les financements pour garantir la SAN, l'UE n'a pas fait suffisamment de progrès pour réduire la prolifération des donneurs, que ce soit en se concentrant sur certains pays bénéficiaires et / ou en se spécialisant dans certains secteurs de l'aide. Le Dr. Van Meijl soulignait également que la SAN dépend de l'établissement de situations politiques stables. «Les conflits sont la principale cause de la famine», déclare-t-il. Pour les chercheurs de FOODSECURE, un autre domaine d'intérêt a consisté à trouver le bon équilibre entre les besoins d'extension de l'agriculture (pour répondre aux besoins d'une population de plus en plus nombreuse) et le respect des objectifs environnementaux. Ils estiment qu'il est possible d'améliorer la productivité agricole tout en préservant la durabilité. Cela peut se faire grâce aux progrès techniques, à la modération de la consommation, à la protection de la nature et à l'établissement de zones protégées, et à l'aménagement du territoire. Ils ont également étudié en profondeur les conséquences de prix alimentaires élevés et volatils sur les consommateurs et les producteurs, observant à partir de 2007 une envolée des prix et des niveaux de volatilité, qui s'est poursuivie dans la décennie actuelle. Parmi les principaux facteurs expliquant ce phénomène on peut citer l'augmentation de la production de biocarburants, les effets à moyen et long terme du changement climatique, et une augmentation des niveaux d'échange sur les marchés à terme de marchandises. Forte de ces résultats, l'équipe du projet a exhorté les décideurs à faciliter le commerce des produits agricoles, à garantir des réserves alimentaires plus importantes et à mettre en place au niveau mondial des instruments financiers plus efficaces pour influencer positivement les marchés à terme de produits agricoles (ainsi qu'une réglementation plus stricte de ces marchés). Pour finir, Thom Achterbosch, de l'équipe de coordination de FOODSECURE, souligne l'importance de la formation et de l'innovation pour obtenir des résultats sociétaux ayant un impact positif sur la SAN. «Outre la stabilité politique, les services de base pour la santé et le développement sont essentiels car la sécurité alimentaire et nutritionnelle dépend de ces services, qui contribuent à réduire l'insécurité alimentaire des foyers vulnérables», explique M. Achterbosch. Même si FOODSECURE a pris fin, son héritage continuera à vivre grâce à son site web de navigation en ligne qui sert d'interface entre les résultats scientifiques du projet et les décideurs et autres parties prenantes dans l'UE et les pays en voie de développement. L'équipe du projet poursuivra sa mise à jour, son principal objectif étant d'aider les décideurs à formuler des politiques alimentaires et nutritionnelles fondées sur des preuves, en leur présentant des informations clés sur les moteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde.

Mots‑clés

FOODSECURE, sécurité alimentaire et nutritionnelle, SAN, prix des aliments, système alimentaire, meilleures politiques publiques

Informations projet

N° de convention de subvention: 290693

État

Projet clôturé

  • Date de début

    1 Mars 2012

  • Date de fin

    28 Février 2017

Financé au titre de:

FP7-SSH

  • Budget total:

    € 10 359 846,63

  • Contribution de l’UE

    € 7 998 000

Coordonné par:

STICHTING WAGENINGEN RESEARCH