Skip to main content

Seasonal-to-decadal climate Prediction for the improvement of European
Climate Services

Article Category

Article available in the folowing languages:

Améliorer les prévisions climatiques saisonnières à décennales

Des chercheurs financés par l'UE ont présenté une série de solutions transparentes pour mieux prévoir les changements climatiques saisonniers à décennaux.

Changement climatique et Environnement

Malgré un récent appel de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) pour des informations climatiques plus fiables à l'usage des planifications économiques, industrielles et politiques, l'Europe est à la traîne en ce qui concerne les prévisions climatiques de l'échelle saisonnière à l'échelle décennale (s2d). Selon Francisco Doblas-Reyes, coordinateur du projet SPECS, les prévisions climatiques s2d sont absentes de nombreux projets de recherche. Cette lacune, s'ajoutant au fait que de nombreux services climatiques ne s'intéressent qu'aux problèmes de changement climatique à long terme, a un impact négatif sur l'activité des prévisions climatiques dans le contexte européen. «Traditionnellement, la qualité des prévisions climatiques saisonnières à décennales est limitée, spécialement en Europe pour les échelles de temps plus courtes», déclare M. Doblas-Reyes. «En outre, les progrès réalisés pour les prévisions saisonnières ont été lents, en grande partie parce que les nouveaux outils et modèles traitant du rôle de la banquise, de la surface terrestre, de la stratosphère et des océans ne se sont pas imposés dans les systèmes fournissant des informations en temps réel. Il était pourtant évident que ces systèmes pouvaient grandement bénéficier d'une prévisibilité du climat inexploitée.» Pour combler cette lacune, le projet SPECS a entrepris d'identifier les principaux problèmes liés aux prévisions s2d et de mettre en place une série de solutions transparentes, à la fois en termes d'échelle de temps et pour faciliter la communication entre les producteurs et les utilisateurs de prévisions climatiques. Des prévisions pour demain Le principal objectif du projet était double. Tout d'abord, il souhaitait développer une nouvelle génération de systèmes européens de prévision du climat exploitant les derniers progrès scientifiques en matière de modélisation du climat et de prévisions météorologiques opérationnelles. Il visait ensuite à développer des méthodes efficaces de prévision locale et régionale, capables de produire des prévisions judicieuses et fiables sur des zones terrestres, que ce soit à l'échelle locale ou à grande échelle. Une fois ces informations disponibles, le projet a cherché à illustrer comment pourraient être utilisées ces données de prévisions climatiques à haute résolution. Il s'est en particulier intéressé à la façon dont elles pourraient être intégrées à d'autres services destinés à traiter le problème majeur de la variabilité et du changement climatiques mondiaux. Pour atteindre ces objectifs, le projet a entrepris un certain nombre d'expériences innovantes en matière de prévision mondiale, dont les données ont été rendues publiques. «D'un côté, ces expériences ont permis de mieux comprendre le rôle des modes naturels de variabilité, de l'état initial et de la description des processus cruciaux pour les prévisions climatiques», déclare M. Doblas-Reyes. «D'un autre côté, elles ont également testé des modifications radicales des systèmes de prévision en termes de forçage radiatif variable, de processus améliorés et plus réalistes, et d'augmentation de la résolution spatiale dans les systèmes de prévision à l'échelle mondiale.» Un ciment qui unit Les recherches approfondies du projet SPECS ont débouché sur plusieurs développements importants. Par exemple, grâce à une meilleure initialisation des différents composants, les chercheurs ont déterminé que la qualité des prévisions concernant les zones terrestres peut être améliorée à un niveau suffisant pour satisfaire aux exigences de nombreuses applications socio-économiques. Une meilleure résolution spatiale des prévisions, prenant en compte le rôle interactif de la végétation, de la neige et de la banquise, de la composition atmosphérique et des cendres volcaniques, apportait également de bien meilleures informations sur les évènements climatiques extrêmes à court terme. Le projet a également traité des questions fondamentales concernant les prévisions climatiques, telles que la réduction de l'impact du choc initial, les écarts et erreurs systématiques, qui constituent toutes des éléments essentiels pour améliorer les systèmes de prévision. Par ailleurs, le projet a pu mettre les informations climatiques s2d à la disposition d'un plus large public. En ce sens, on pourrait dire que SPECS est le ciment qui unit un grand nombre d'initiatives différentes, y compris des recherches ne traitant pas du problème des prévisions climatiques, des opérateurs de services climatiques disposant de ressources limitées, et un ensemble unique de parties prenantes et d'institutions internationales travaillant dans le domaine des prévisions climatiques. «SPECS a répondu à l'appel pour une réponse européenne coordonnée au besoin de prévisions climatiques mondiales saisonnières à décennales», conclut M. Doblas-Reyes. «De ce fait, la planification gouvernementale, la société et les entreprises européennes bénéficient maintenant d'un accès à des informations climatiques s2d améliorées, fiables et mieux communiquées.»

Mots‑clés

SPECS, changement climatique, prévisions climatiques saisonnières à décennales, prévision du climat, Europe

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application