Skip to main content

"Studies of Early Hominid Adaptation and Dispersal into North Africa:
Archaeological Investigations at the Plio-Pleistocene Site of Ain Hanech, Algeria"

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les hominidés d'Ain Hanech

Une équipe de scientifiques de l'UE du CENIEH, en Espagne, a étudié l'occupation et l'adaptation des premiers hominidés en Afrique du Nord voici environ deux millions d'années. Les résultats ont repoussé la date plus loin qu'on ne le pensait pour la région et ont révélé des détails sur le comportement des premiers hominidés ainsi que sur le climat et l'environnement qui prévalaient.

Changement climatique et Environnement

Ain Hanech est un site paléoanthropologique situé à environ 100 km à l'intérieur des terres de la côte méditerranéenne de l'Algérie sur les hauts plateaux orientaux. Le bassin sédimentaire contient les plus anciennes preuves archéologiques d'habitants d'Afrique du Nord. Le projet PALEONORTHAFRICA (Studies of early hominid adaptation and dispersal into North Africa: Archaeological investigations at the Plio-Pleistocene site of Ain Hanech, Algeria), financé par l'UE, cherchait à étudier le comportement des premiers hominidés en Afrique du Nord. L'étude impliquait la détermination des habitats des premiers humains et le détail de leur comportement dont les activités de subsistance et le rôle de la technologie des outils en pierre dans l'amélioration de leur régime. Les recherches visaient également à reconstruire la paléoécologie de la région. Enfin, l'équipe visait à étudier les processus de formation des sites et à étudier de nouveaux sites. Les techniques utilisées pour dater les sites comprenaient le paléomagnétisme, la résonance paramagnétique électronique et la bio-chronologie des grands mammifères. Les résultats ont montré que les premiers hominidés étaient présents dans la région plutôt qu'on ne le pensait, entre 2,3 et 1,7 million d'années. La date était également la première date connue pour la présence d'hominidés partout en Afrique du Nord. L'environnement à cette époque était relativement sec, des pâtures ouvertes, en transition vers un climat plus sec. Le changement aurait affecté le butinage alimentaire des hominidés, le réseau de rivières offrant d'importantes ressources alimentaires et autres. La technologie de la pierre utilisée était simple et pratiquement identique à celle connue des autres sites d'hominidés contemporains en Afrique de l'Est. Les outils auraient été suffisants pour travailler les carcasses d'animaux et pour obtenir de la moelle osseuse. Les études de la modification de la surface ont montré des preuves de telles transformations de la viande. Les chercheurs ont également soulevé la possibilité d'une migration des hominidés vers l'Europe via l'Afrique du Nord. D'autres activités du projet comprenaient la formation d'étudiants des universités locales dans les domaines de l'archéologie et de la paléontologie et des techniques de laboratoire. Plusieurs étudiants doctorants ont étudié l'artisanat du site d'Ain Hanech et les os fossiles pour leurs thèses. Le projet a donc permis de moderniser les études paléoanthropologiques en Algérie en exposant les étudiants locaux aux chercheurs internationaux. Le projet a également permis d'établir des connexions avec plusieurs agences algériennes, dont une exposition permanente au musée national du Bardo. La recherche européenne et locale devrait profiter d'une telle connexion. Le projet PALEONORTHAFRICA a donné une nouvelle compréhension de l'habitat des hominidés en Afrique du Nord. Les travaux ont clarifié les compétences environnementales et technologiques de l'époque.

Mots‑clés

Hominidés, Ain Hanech, Afrique du Nord, archéologie, paléontologie, paléoécologie, occupation des premiers hominidés

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application