Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le RU à la recherche la meilleure manière de présenter les sciences au grand public

Dans la foulée des efforts consentis par la Commission européenne afin de renforcer le dialogue entre les scientifiques et les citoyens, le Royaume-Uni va mener une étude sur la manière dont le gouvernement devrait être conseillé en matière de politique de communication scient...

Dans la foulée des efforts consentis par la Commission européenne afin de renforcer le dialogue entre les scientifiques et les citoyens, le Royaume-Uni va mener une étude sur la manière dont le gouvernement devrait être conseillé en matière de politique de communication scientifique. Le RU a par ailleurs aussi lancé un document de consultation portant sur les secteurs de recherche potentiellement éligibles pour un financement public. La "British Association" va mener à bien l'étude sur les sciences et la société, en consultant largement toutes les personnes impliquées dans la communication scientifique. Un rapport sera ensuite transmis à Lord Sainsbury, le ministre britannique des Sciences. "En général, l'opinion publique britannique soutient largement la recherche scientifique [...]. Mais, aujourd'hui, à une époque de rapides avancées scientifiques, nous avons besoin d'un dialogue plus efficace entre les scientifiques et le public," déclare Lord Sainsbury, annonçant l'étude. "L'époque où il suffisait aux responsables de la communication scientifique de sensibiliser le public aux sciences et à ses bénéfices est définitivement révolue. A l'heure actuelle, il faut un véritable dialogue et un débat entre les chercheurs scientifiques et le public." Lors d'une récente allocution sur les sciences, le Premier ministre britannique Tony Blair a aussi mis en évidence la nécessité de combler le fossé entre les sciences et la société, en affirmant que "nous avons besoin d'une communication meilleure, plus stable et plus claire entre le monde scientifique et le grand public. Les dangers résident dans l'ignorance des points de vue mutuels, la solution consiste à les comprendre. Voilà pourquoi il nous faut un dialogue solide et engagé avec le public. Il est nécessaire de rétablir la confiance dans la capacité des sciences à offrir de nouvelles opportunités et solutions." Un document de consultation séparé identifie les sujets qui devraient être étudiés durant la prochaine phase du "Foresight programme" du département britannique du commerce et de l'industrie. Une sélection sera opérée à partir d'une liste des 12 sujets potentiels et de toute nouvelle suggestion; les sujets retenus seront ensuite ajoutés aux deux domaines déjà étudiés: protection contre les inondations et protection côtière, et systèmes cognitifs. Les 12 sujets possibles sont: la cybersécurité, le cycle de vie des produits, l'occupation des sols, l'énergie pour l'avenir, les maladies infectieuses incurables, l'infrastructure du 21ème siècle, l'exploitation des connaissances, les loisirs créatifs, les systèmes d'infrastructure intelligents, la science et les médicaments du cerveau, les moteurs de recherche intelligents et la nouvelle technologie pour la santé. La consultation aura lieu jusqu'au 4 décembre 2002.