Skip to main content

I-MOVE+ Integrated Monitoring of Vaccines Effects in Europe: a platform to measure and compare effectiveness and impact of influenza and pneumococcal vaccines and vaccination strategies in the elderly

Article Category

Article available in the folowing languages:

Évaluer les performances des vaccins chez les personnes âgées

La vaccination est une importante stratégie de soins de santé qui est parvenue à réduire le fardeau des maladies et les décès prématurés au sein de la population. Cependant, la récente hésitation envers la vaccination due à l’accent mis sur les effets secondaires, plutôt que sur ses bénéfices, implique que nous devons récupérer la confiance du public dans les programmes de vaccination.

Santé

L’évolution constante du virus de la grippe demande la révision saisonnière et la sélection des composants du vaccin. En ce qui concerne la grippe, les données suggèrent que l’efficacité des vaccins actuels est loin d’être optimale. Quant à l’infection invasive à pneumocoques, malgré l’excellente efficacité des vaccins conjugués chez les enfants, leur effet indirect chez les personnes âgées doit être surveillé attentivement. Prises ensemble, ces données indiquent que les performances des stratégies de vaccination doivent être mesurées et surveillées sans cesse pour mettre au point des modèles coûts-bénéfices robustes pour favoriser la prise de décisions. Un réseau d’études sur les vaccins Le projet I-MOVE-plus, financé par l’UE, a été conçu pour mesurer l’efficacité des vaccins antigrippaux et des vaccins pneumococciques et pour comparer les stratégies de vaccination destinées à la population de personnes âgées en Europe. Le consortium a impliqué 26 partenaires issus des instituts de santé publique, des organismes de l’UE, des PME et des universités des États membres européens concernés. Comme l’explique le Dr Alain Moren, coordinateur du projet, «l’objectif global consistait à développer un réseau durable de pratiques générales, d’hôpitaux et de laboratoires qui peuvent évaluer les performances des vaccins dans toute l’Europe». Dans le cas de la grippe, le projet a mis au point un réseau robuste d’études multicentriques sur les vaccins, comprenant plus de 15 000 patients par saison issus de 14 pays et de grands ensembles de données numériques de cinq pays. Dans le cas des infections à pneumocoques, le réseau a harmonisé la collecte de données et est parvenu à obtenir des résultats significatifs pour les groupes de personnes âgées. Grâce à des protocoles d’étude et à des stratégies de surveillance communs, I-MOVE-plus a répondu avec succès à des questions de recherche qui ne pouvaient pas être étudiées par les pays de manière individuelle, en raison de la taille limitée de l’échantillon de l’étude. «Le projet I-MOVE-plus est l’exemple d’un effort collaboratif entre l’UE et l’EEE générant des résultats robustes aucunement influencés par les intérêts politiques ou commerciaux», déclare le Dr Moren. Un facteur important qui a contribué à la durabilité de ces réseaux sur les vaccins a été la disponibilité de financement à l’échelle européenne (Horizon 2020 et CEPCM) et internationale (OMS). Les leçons apprises Les partenaires ont mesuré les effets directs et indirects et la rentabilité de divers types de vaccins antigrippaux et pneumococciques: au niveau des soins de base et des hôpitaux, au début et à la fin de la saison (vaccin antigrippal) et pendant la durée du projet (vaccin pneumococcique). L’efficacité et l’impact ont été mesurés par rapport à un ensemble prédéterminé de résultats cliniques confirmés en laboratoire. Pour mesurer l’efficacité des vaccins antigrippaux saisonniers contre les virus qui mutent chaque saison, les partenaires du projet ont eu recours au séquençage génomique des souches saisonnières du virus. Les données des vaccins antigrippaux correspondant à la période 2015-2018 indiquent une efficacité faible à modérée parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, notamment contre la souche du virus de la grippe A (H3N2). Une efficacité plus élevée des vaccins est constatée contre la souche du virus de la grippe A (H1N1) pdm09. En outre, une couverture vaccinale faible est observée dans ce groupe de population. Parallèlement, les observations d’I-MOVE-plus ont mis en lumière la nécessité d’une meilleure protection vaccinale durable. En ce qui concerne les vaccins pneumococciques, les résultats ont indiqué que le vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent (PPV23) protège environ un tiers des individus vaccinés de ce groupe d’âge. Des effets indirects chez les personnes âgées ont été constatés dans les programmes de vaccination destinés aux enfants utilisant le PCV10 ou le PCV13. «De nouvelles questions à étudier ont été soulevées à la fin du projet I-MOVE-plus, exigeant des tailles d’échantillon supérieures fondées sur des études multicentriques», poursuit le Dr Moren. Un système durable qui peut évaluer les performances des vaccins, analyser les stratégies de vaccinations et guider les décisions sur la sélection de la souche ou du sérotype du vaccin, sur son développement et sur les meilleures stratégies indépendamment de l’intérêt commercial s’avère clairement nécessaire. De plus, une structure européenne aidera à évaluer des interventions alternatives en termes de traitement et de prévention destinées aux maladies à prévention vaccinale et à renforcer la conception factuelle des programmes de vaccination. Le Dr Moren estime que «communiquer ces informations au grand public contribuera en grande mesure à récupérer leur confiance en la vaccination».

Mots‑clés

I-MOVE-plus, vaccin, grippe, vaccin pneumococcique, personnes âgées, vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent (PPV23), H1N1

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application