Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Des scientifiques mettent au point un nouvel antibiotique

Une équipe du géant pharmaceutique Merck, Sharp and Dohme vient de développer un type entièrement nouveau d'antibiotique pour un traitement innovant des infections bactériennes. Les premiers résultats sur l'efficacité du nouvel antibiotique, baptisé Platensimycine, sont publié...

Une équipe du géant pharmaceutique Merck, Sharp and Dohme vient de développer un type entièrement nouveau d'antibiotique pour un traitement innovant des infections bactériennes. Les premiers résultats sur l'efficacité du nouvel antibiotique, baptisé Platensimycine, sont publiés dans la revue Nature et montrent qu'il est efficace pour traiter des souris infectées par des bactéries Gram positives (dont les superbactéries telles que le SARM) et - c'est important - non toxique. Les chercheurs espèrent que cette découverte est la première d'une série d'antibiotiques entièrement nouveaux. En 1928, de retour de vacances, Alexander Fleming découvre qu'un champignon - le Penicillium notatum - avait réussi à éliminer certaines de ses colonies de bactéries staphylocoques. Si d'autres avaient déjà observé ce phénomène, Fleming eut la bonne idée d'exploiter cet heureux hasard pour en faire un médicament capable de sauver des vies. Il faut cependant attendre 1942 pour qu'un premier patient soit enfin traité avec la substance active dérivée du champignon, la pénicilline, mais cet événement ouvre aux avancées médicales de nouveaux et ambitieux horizons. Les premiers antibiotiques ont valu à Fleming, de même qu'à Howard Walter Florey et à Ernst Boris Chain - qui développent des méthodes de production du médicament en grandes quantités - de recevoir le prix Nobel de médecine en 1945. De toute évidence, les antibiotiques ont révolutionné la médecine. Ils ont permis de sauver un nombre incalculable de vies - des centaines de millions, certainement. Les infections mortelles pouvaient tout à coup être guéries, et rapidement. L'état de santé des patients allaient s'améliorer au fil des heures dès après la première injection de pénicilline, qualifiée par d'aucuns de médicament "miracle". Malheureusement, l'efficacité des premiers antibiotiques, découverts pour la plupart au cours des années 1940 et 1950, allait être la raison première de leur tombée en disgrâce: les docteurs surprescrivaient ce médicament miracle et les patients se sentaient rapidement mieux mais - et voilà l'élément crucial - n'allaient bien souvent pas au bout de leur traitement. D'où un retour des bactéries sous une forme plus virulente et même résistante à la pénicilline. Beaucoup de maladies auparavant traitées par antibiotique sont aujourd'hui résistantes au médicament. Le phénomène a d'ailleurs pris d'importantes proportions: "Il ne s'agit pas simplement de résistance à un médicament, mais de multirésistance aux médicaments - ces superbactéries sont très difficiles à traiter", explique Sheo Singh à CORDIS Nouvelles. Il est, avec l'auteur principal Jun Wang, à l'origine de la découverte initiale et a dirigé la caractérisation microbiologique et biochimique ainsi que la recherche chimique sur les substances naturelles. Le Platensimycine n'est que le troisième nouvel antibiotique en 40 ans. M. Singh était chargé d'isoler le nouveau composé. "La question fondamentale est la résistance aux antibiotiques existants. C'est une nécessité. Nous avons développé peu d'antibiotiques depuis 1960, et la plupart ne sont en fait que des versions modifiées de médicaments existants." "Nous avons concentré notre travail sur les cibles thérapeutiques. Il y a plusieurs années, nous avons réalisé que continuer à travailler sur les cibles traditionnelles n'aboutirait à rien", a-t-il déclaré. L'équipe a donc développé une nouvelle approche en terme d'identification de cibles thérapeutiques pour le développement d'antibiotiques. Les antibiotiques traditionnels, tels que la pénicilline, agissent en bloquant la capacité de la bactérie à fabriquer une paroi cellulaire, de l'ADN et des protéines. Cela tue la bactérie. Toutefois, et parce que la plupart des antibiotiques agissent de la même façon, ce mode d'action pourrait en fait avoir accéléré le développement de la résistance bactérienne. Steve Soisson a coordonné l'analyse cristallographique aux rayons X et la mise au point d'un test de fixation directe pour l'équipe, identifiant les modes d'action spécifiques du nouveau composé. Il a expliqué comment l'équipe avait développé une bactérie sensible capable de réagir fortement aux effets antibiotiques. "Nous avons développé un dépistage avancé par bactéries staphylocoques sensibilisées. C'était la technologie habilitante - le niveau de sensibilité était un élément critique." Et Sheo Singh de poursuivre: "Nous avons développé une bactérie sensible à des effets antibiotiques spécifiques, puis testé des extraits de substances sur celle-ci. Ces extraits provenaient d'échantillons de terre, de déchets - nous avons testé plus de 250.000 extraits pour nos recherches. C'est un dépistage à grande échelle orienté cible. Sans cela, les composés ne seraient pas efficaces. Mais deux critères devaient être rencontrés: une découverte orientée cible et la mort de la bactérie", a-t-il ajouté. Si Alexander Fleming a découvert la pénicilline par hasard, l'équipe a - pour sa part - dû forcer sa chance en testant un grand nombre de nouveaux composés candidats jusqu'à ce que le hasard - quelque peu aidé - lui soit favorable. Un premier résultat a été obtenu à partir d'un échantillon de terre provenant d'Afrique du Sud. Le composé identifié dérivait d'une autre bactérie, Streptomyces platensis, qui donne au nouvel antibiotique son nom. Non seulement le composé est nouveau, mais aussi son action. Le Platensimycine est un inhibiteur FabF, qui bloque la production par les bactéries d'acides gras à longue chaîne. Ces acides gras sont indispensables aux bactéries pour fabriquer des membranes et surfaces. Si quelques rares médicaments ont un mode d'action similaire, aucun n'affiche un effet antibiotique aussi puissant. L'auteur principal, Jun Wang, a déclaré à CORDIS Nouvelles: "Ce composé permettra d'élaborer de nouveaux médicaments à action similaire - c'est un nouveau paradigme. Nous avons identifié d'autres cibles, par exemple la paroi cellulaire, la synthèse de la protéine ARN - et nous devons réussir ici aussi." En fait, l'équipe a considérablement étendu le champ de nouvelles découvertes. "Je m'attends à de nouvelles avancées, chez Merck et ailleurs, pour faire progresser l'ensemble de ce domaine", a déclaré M. Dr Singh. L'équipe est pleinement consciente des besoins en nouveaux antibiotiques, et le Platensimycine est arrivé à un moment opportun. "Les besoins médicaux actuels sont le moteur [de cette recherche] - tous les éléments convergent vers la perspective d'une prochaine crise mondiale en matière de santé, en raison notamment de l'érosion progressive de l'efficacité des antibiotiques. Un jour, nous atteindrons le stade critique. Le SARM se développe déjà à un rythme effrayant", a déclaré M. Soisson. S'il est certain que cette découverte va enthousiasmer le monde médical, il ne faut pas oublier que son action n'a encore été testée que chez la souris. L'équipe a tenu à rappeler à CORDIS Nouvelles que la commercialisation du produit reste un sujet "hautement spéculatif". Entre-temps, l'équipe concentre ses efforts sur l'évaluation continue du Platensimycine et la recherche de nouveaux antibiotiques.

Pays

États-Unis

Articles connexes