Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2023-03-02

Article available in the following languages:

Ouverture du Salon européen de la recherche et de l'innovation

La ministre française de l'Enseignement supérieur et de la recherche a ouvert la troisième édition du Salon européen de la recherche et de l'innovation en appelant les universités et le secteur privé à renforcer leur coopération. Valérie Pécresse a annoncé l'intention du gou...

La ministre française de l'Enseignement supérieur et de la recherche a ouvert la troisième édition du Salon européen de la recherche et de l'innovation en appelant les universités et le secteur privé à renforcer leur coopération. Valérie Pécresse a annoncé l'intention du gouvernement de soutenir ce type de coopération en favorisant la création d'entreprises innovantes par les étudiants sur les campus universitaires. «Pour construire les ponts entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, j'entends favoriser la création d'incubateurs d'entreprises dans nos universités», a déclaré la ministre. Cette annonce fait suite à une déclaration du Président français selon laquelle le gouvernement envisage de s'engager dans un ambitieux projet de «zones» franches universitaires. Ces zones bénéficieront d'un statut fiscal spécifique nécessaire à leur développement. «Nous établirons ainsi un lien entre d'une part la créativité et l'esprit d'entreprise de notre jeunesse et d'autre part la recherche menée dans les universités», a déclaré Mme Pécresse. Selon un nouveau sondage dont la publication coïncide avec le Salon qui s'ouvre à Paris, 97 % des Français sont d'avis que le gouvernement doit faire du soutien de la recherche française l'une de ses priorités majeures. Le sondage, réalisé par l'institut LH2 auprès de 1 013 personnes âgées de 18 ans et plus, visait à déterminer l'importance de la recherche aux yeux des Français. Il en ressort que 90 % des personnes interrogées s'intéressent aux progrès de la science, tandis que 64 % estiment ne pas être suffisamment informées sur les avancées scientifiques induites par la recherche et leur impact sur le quotidien. En fait, «la science dans notre quotidien» est l'un des thèmes du Salon de cette année. Outre les enjeux d'ordre énergétique et environnemental, l'un des objectifs du salon est de rendre la science et la recherche plus accessibles au grand public. «Nous avons choisi les trois thèmes de l'énergie, de l'environnement et de la vie quotidienne car nous pensons qu'ils sont d'un grand intérêt pour le public», a expliqué à CORDIS Nouvelles Jean Andouze, directeur du comité scientifique du Salon. Il a donc été demandé cette année aux participants de présenter les principales découvertes scientifiques réalisées depuis le précédent salon, et d'organiser des discussions et débats sur les principaux sujets qui secouent actuellement les mondes de la recherche privée et publique. «Notre intention est de réunir recherche publique et privée sous un seul et même toit afin de démontrer ce à quoi peut aboutir leur collaboration. Laquelle, dans les faits, fonctionne plutôt bien», a déclaré M. Andouze. Les questions indissociablement liées que sont l'énergie et l'environnement ont également été soulevées par le commissaire européen en charge de la science et de la recherche lors de sa participation à un débat ouvert sur les défis de la recherche et de l'innovation à l'échelle mondiale. Se référant aux derniers rapports sur le changement climatique rédigés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des NU, M. Potocnik a appelé tous les acteurs européens et internationaux à unir leurs efforts pour faire face aux défis majeurs qui se posent pour la planète en matière d'énergie et d'environnement. «Les rapports du GIEC mettent clairement en évidence la responsabilité de l'Homme dans les dérèglements du climat et de la planète; il nous incombe aujourd'hui de réparer ce gâchis», a affirmé M. Potocnik. «La question qui se pose est la suivante: sommes-nous prêts à travailler ensemble pour apporter les solutions technologiques aux problèmes graves et urgents dont souffre la planète? En Europe, un seul choix s'impose: allons-nous continuer à travailler comme une équipe de vedettes ou entendons-nous travailler ensemble et former une équipe vedette?», a poursuivi le commissaire sur une envolée rhétorique. Le Salon européen de la recherche et de l'innovation, qui se tient du 7 au 10 juin à Paris, accueille plus de 200 exposants sur une surface de 11 000 mètres carrés. L'Espagne est l'invitée d'honneur de cette édition.

Pays

France